AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 L'oeuvre de Dieu...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: L'oeuvre de Dieu...   Jeu 29 Nov - 17:00

Les paroles de l'Archange, ces consignes, résonnaient encore dans sa tête, lorsqu'il franchit la Porte menant au monde des mortels. Même pour lui, un être existant depuis des temps immémoriaux, ayant tant vu, il ressentit alors une certaine nervosité à l'idée de s'incarner dans ce monde qu'il s'était contenté de contemplé pendant si longtemps. Le courage est le vainqueur de la peur et il franchit ce dernier pas qui fit de lui un ange sur Terre.

La première chose qui l'embête quelque peu, c'est cette lumière qui émane du ciel. Le soleil... tant d'hommes l'ont admiré, il n'avait pu que l'imaginer jusqu'ici. Peu à peu, ces yeux s'accoutument à cette clarté et à ce ciel bleu, si magnifique d'ailleurs. Le Ciel... il y résidait, dans sa forme divine, ce n'est pas tellement un lieu en soi, plutôt une dimension, maintenant, il apercevait le ciel des hommes, son soleil, son nuage et s'en émerveillait. Une bouffée et... oh, de l'air, il respire? Ah oui, aucun doute et une sorte de fumée s'échappe même de sa bouche. Il eut un sourire et un frisson le parcourut alors. Il ressentit... autre chose. Du froid? Oui, ça devait être cela. Se regardant du bas vers le haut, il se rendit bien compte qu'il n'était guère vêtu, il portait tout juste une sorte de pagne, rien dans les pieds, enfin, rien d'autre du tout. Son regard parcouru les alentours. Il était dans une sorte de ruelle, abandonnée, avec quelques témoins, des signes d'une époque révolu, comme cette pancarte avec un homme et une femme, en haut d'un édifice, tout sourire. Cael était presque attiré par cette image, mais le fut davantage parce qu'il vit dans la vitrine qui attira son attention. C'était... lui? Oui, sous sa forme humaine. Il se tâtait le visage, s'observait dans le miroir, mais le froid ne tarda pas à lui rappela que l'heure n'était pas à jouer les Narcisses. Où était-il exactement? Il n'en avait pas la moindre idée, mais il le saurait bientôt.

Cael vit au-delà de la vitrine des vêtements, alors ni une ni deux, il ramassa une brique au sol et la lança dans la vitrine, qu'il franchit ensuite et il se coupe d'ailleurs au niveau des pieds. Étonné par la douleur, il se concentre active ces pouvoirs céleste. D'un geste de la main, le verre virevolte autour de lui, puis, d'un geste brusque, le tourbillon se déploie tout autour de lui, tel un vent qui emporte les morceaux de verre, bien loin d'en son centre. Restait encore cette question du sang qui coulait de ces pieds. D'abord, il va enfiler la paire de jeans qu'il trouve, il ignore d'ailleurs qu'on appelle cela des jeans et il a un peu de mal à boutonner le tout. Une fois que c'est fait, il prend le t-shirt, qu'il met contre son épaule pour l'instant et s'assoit. Ses pieds lui faisaient trop mal, alors il utilise une imposition des mains pour se soigner, ses yeux s'illuminant brièvement, devenant ainsi encore plus bleus l'espace d'un instant. Il espérait que l'odeur du sang n'est pas attiré quelques créatures. Il sentait d'ailleurs leur présence, tout autour de lui. L'archange l'avait donc envoyer dans la tanière du loup. Il se redresse et enfile son t-shirt. Il venait tout juste de le faire, lorsque cette fois, il entendit du bruit non loin. Aussitôt, ces cinq sens se mirent en éveil, prêt à la confrontation s'il le fallait. Silencieux, il attendait maintenant que la chose se manifeste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Jeu 29 Nov - 17:59


Cael & Aube


Transformée depuis deux mois à peine, Aube a toujours beaucoup de difficulté à accepter ce qu’elle est désormais. Elle a l’impression qu’elle ne s’y habituera jamais, ça la hante, ça l’effraie. Elle se remémore la douleur qu’elle a ressenti lors de la pleine lune précédente et l’idée de revivre une telle épreuve la terrorise. C’était douloureux, tellement douloureux, un réel supplice qu’elle préférerait ne jamais revivre. Elle se rappelle aussi avoir mordu cet homme et espère terriblement qu’il s’agissait d’une créature. Et si elle avait fait subir le même sort qui lui avait été réservé à un humain ? Cet homme vivrait sa première transformation d’ici quelques jours. Elle-même déteste celui qui lui a infligé cela, bien qu’elle ne le connaisse pas. Alors cet homme dans les bois… L’idée d’avoir peut-être mordu un humain ou un innocent continu de l’affliger.

À toute cette histoire, il n’y a qu’un seul point positif. Elle est une créature désormais, elle peut maintenant vivre librement… si on peut appeler ça ainsi. Mais elle ne se réjouit pas, au contraire, elle accepte très mal ce qu’elle est. Elle pense au négatif, voit tout d’un œil pessimiste. Mais au fond, elle sait. Pour une fois, elle a un semblant de pouvoir, elle n’est plus persécutée. Cependant, il en serait certainement autrement si les autres créatures apprenaient qu’elle est une gentille louve inoffensive (ou pas). Il n’y a aucune méchanceté en elle, elle ne ferait jamais souffrir un innocent volontairement. Elle aime les humains, pas tous, évidement, elle est toujours aussi craintive pour dire vrai. Les hommes continuent de l’effrayer et l’effrayeront certainement toujours.

Aube erre dans la rue, toujours aussi seule et quelque peu perdue. Elle regarde autour d’elle, la vie qui à présent est si différente. Le chaos règne, tellement de choses ont été détruites. Elle est calme, mais si à l’intérieur, ça tourne toujours étrangement. Perdue bien loin dans ses rêveries, elle ne porte plus vraiment attention aux alentours. Elle marche sans but, silencieuse. Inconsciemment, elle bifurque vers sa droite et se retrouve devant une boutique. Elle reprend doucement ses esprits et regarde droit devant elle. La vitrine est brisée, ce qui n'a rien d'étonnant, beaucoup d'autres ont subis le même sort au court des dernières années. Ce regard se porte ensuite sur un homme qui se trouve à l'intérieur de la boutique, totalement immobile. Elle l'observe un instant, tout aussi immobile que lui. Malgré sa certaine appréhension des hommes, elle ne peut s'empêcher de le trouver beau. Il a quelque chose de particulier... Elle n'y songe pas très longtemps, s’apprêtant à continuer sa route...


Dernière édition par Aube J. Sorabella le Lun 28 Jan - 12:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Jeu 29 Nov - 18:36

Lorsqu'on dit que l'enveloppe humaine est fragile, c'est vrai, Cael le découvrait à ces dépens en ce moment. Il avait froid, il avait une drôle de sensation au niveau du ventre aussi, ça devait être la faim et il avait la gorge sèche qui plus est, ça devait être la soif. Il aurait bien aimé avoir été homme auparavant, cette ère n'était sans doute pas la meilleure pour se familiariser à la condition humaine, mais il n'avait pas eu le choix et il devait rapidement s'adapter. Il devra donc satisfaire ces espèces de nouveaux besoins le plus rapidement possible. Le froid était ce qui l'embêtait le plus, alors il a tôt fait de s'habiller, sans trop se soucier par ailleurs de voler des objets à cette boutique. De toute façon, dans ce quartier abandonné de Londres, il n'y avait pas âme qui vive. Tandis qu'il se faisait, il perçoit du bruit et il finit par apercevoir ce que c'était. Une jeune femme, en apparence du moins. Cael était capable de ressentir les entités démoniaques et de les détecter. Cette femme n'était pas une succube, ni une incube. Elle n'était pas morte non plus, il ne percevrait pas son cœur battre. Il l'observait et sentait chez elle une certaine crainte. En continuant de la sonder ainsi, il perçoit qu'elle n'est pas humaine. Pas démone, pas humaine... qu'était-elle? La Terre est désormais peuplée de créatures toutes plus étranges les unes que les autres. Dieu les a-t-elle toutes faites selon une de ces images? Cette femme avait les traits d'une humaine et elle devait être ce qui donne un sens au mot "belle". Ils s'observaient tous les deux depuis un moment, sans dire un mot, mais l'ange fut le premier à percer le silence.

-N'ayez pas peur, je ne suis pas un monstre. Je suis... Cael...

Son premier contact avec quelque chose de sensiblement humain. Il se méfiait de cette femme aux cheveux bruns clairs, mais pour l'instant, elle n'avait fait aucun geste qui pourrait l'inquiéter et il avait décidé de lui laisser une chance. Après tout, il était ici pour combattre les ennemis de Dieu et pour rallier les gens de Bien. Il fallait commencer quelque part.

-Pouvez-vous me dire... où sommes-nous?

D'où il était, il apercevait non loin une grande tour de verre, qu'il croit avoir déjà aperçu en partageant certaines visions avec des êtres humains, mais les notions de lieux le dépasse encore. Il voyait aussi une immense... grande roue, oui, c'est cela. Il reporte ensuite son attention sur Aube et espérait une réponse. Une frisonne le parcourt de nouveau et un "réflexe", il en était étonné lui-même, s'empare de lui. Comme il y eut du vent, que le froid l'affecta de nouveau et encore un peu plus, il se mit à frotter ses bras avec ses mains, les bras pliés, un peu penché en avant, il grelottait un peu. Faut dire qu'il était encore nu pied.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Jeu 29 Nov - 19:09


Cael & Aube


Alors que la jeune louve s’apprête à partir, l’homme rompt le silence. N’ayez pas peur, je ne suis pas un monstre. Je suis… Cael… À vrai dire, cette phrase a pour effet de l’inquiéter davantage. Pour certain, ça peut sembler rassurant, mais ce « n’ayez pas peur », elle l’a entendu sous différentes formes, mais venant d’un homme qu’elle qualifie de monstre. Elle le regarde, silencieuse, peut-être même anxieuse. Son odorat maintenant plus fin lui indique une odeur nouvelle. Elle se demande alors ce que cet homme est. Il semble vivant, donc à sa connaissance, il ne s’agit pas d’un vampire. Elle n’a jamais croisée de sirène, ni de triton, il pourrait donc s’agir de cela. Ce n’est pas un loup, c’est une évidence. Un humain peut-être ? Elle en doute. Un thérianthrope ? Même pensée. Peut-être un incube alors, elle ne les connait pas très bien. Quoi qu’il en soit, elle garde le silence, l’observant attentivement.

- Pouvez-vous me dire… où sommes-nous ? Ne s’attendant pas à une telle question, elle arque légèrement un sourcil, étonnée puis l’observe un court moment encore. Cet homme lui paraît assez étrange à première vue. Il lui semble, perdu, mais pas au sens… perdu. Il semble aussi avoir très froid. Elle regarde de haut en bas, constatant qu’il est légèrement vêtu et que ses pieds sont nus. Que fait-il ainsi accoutré par un tel temps ? Il fait froid dehors, très froid. C’est le temps des manteaux, des bottes et des mitaines. Elle-même est vêtue d’un manteau propre, de bottes hautes, de mitaines et d’un béret de laine.

- Londres, Angleterre. Elle inspire doucement, fait une courte pause, le regarde. Cael… vous devriez peut-être enfiler un manteau et des souliers. Par un temps pareil, ça me semblerait intelligent. Elle parle doucement avec un léger sourire qui ne lui ressemble pas. Elle a peut-être un peu pitié de cet étranger, il a ce petit air inoffensif, ce petit je ne sais quoi qui fait enfantin. Mais, il s’agit d’un homme, son cerveau ne peut pas en faire abstraction.

Si quelqu'un lui avait dit que cet homme était en réalité un ange, elle lui aurait rit à la figure. Aube est loin d'être croyante, elle n'a pas la foi, au contraire. Pour elle, Dieu, Jésus, les Anges... ce n'est que baliverne. Les incubes, des créatures démoniaques ? Le diable existerait donc ? Non, pour elle c'est tout autre chose. Les humains ne viennent pas de Dieu et les démons ne viennent pas de Satan, ou peu importe son nom. Elle ne comprend tout simplement rien à ce monde, me de là à croire en de tels sottises, jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Jeu 29 Nov - 19:27

Cael était bien conscient que les mortels ont perdu la foi, voir même, qu'ils ne l'ont plus vraiment. Elle est intrinsèque à eux, elle leur reviendra, mais pas si un homme, ou un ange à apparence humaine, scande la bonne nouvelle et proclame la venue sur terre de l'ange de pardon pour sauver l'Humanité du jugement dernier. Ce n'est pas ainsi que cela fonctionne et ce n'est pas l'Ordre qu'il a reçu en venant en ce monde. Il devait aider les mortels à connaître de nouveau l'espoir et à combattre les monstres qui tentent de mettre fin à toute vie sur Terre, ou du moins, toute existence digne de ce nom. Alors il ne comptait pas révéler à Aube qui il est, du moins, plus précisément. De toute façon, ce qu'il est importe peu dans un certain sens, pour le moment du moins. Pas certain que se faire passer pour un humain soit la meilleure des solutions non plus. Cael était de plus en plus conscient de la précarité de sa situation. De l'autre côté, il est aussi doté de pouvoirs assez utiles, mais la puissance ne peut tout régler à elle seule et la puissance a tendance à attirer le mal très rapidement. Cael n'avait pas envie de se retrouver avec une horde de damnés à ses trousses, pas tout de suite du moins. D'ailleurs, il devra se trouver un refuge avant la nuit. Décidément, ces pensées se bousculaient, il devait rester concentrer sur le moment présent. Ici, le temps prenait un sens tout autre qu'au Ciel.

Où était-il? Il était conscient de la bizarrerie de sa question, mais il y était contraint. Quand elle lui dit Londres, ces yeux s'écarquillent. Oh, Londres... c'est donc ça. Oui, maintenant, les lieux lui semblent plus familiers. Il n'était pas si loin de la France donc, contrée qu'il connait un peu plus. La femme lui parlait en anglais, il aurait dû s'en douter. D'ailleurs, il s'était adressé en anglais à elle. Tout le monde est sensé parler anglais il parait. De toute façon, les langues, ce n'est pas un problème pour un ange, c'est plutôt un détail.

La jeune femme semblait moins craintive maintenant et il vit chez elle un sourire apparaître. De son côté, il ne souriait pas vraiment, mais il n'avait pas un air bête non plus, il était normal quoi, neutre. Quand elle lui recommande de mettre un manteau et des souliers, il fronce des sourcils et penche la tête pour voir ces pieds, puis la regarde à nouveau. Il se gratte ensuite la tempe avec un doigt.

-Vous avez sans doute raison... Est-ce qu'il fait toujours aussi froid ici?


Ou bien était-ce la faute des damnés? Au Ciel, on était bien mieux! Et on ne souffre pas du froid non plus... Il trouve d'abord des souliers, enfin, la première paire qu'il essaie, il a beau essayer d'y rentrer son pied, rien n'y fait, c'est un peu décourageant même, alors il soupire et cherche une autre paire, s'installe et celle-ci lui faisait à peu près bien, par contre, il laissait les cordons détachés, ne voyant pas encore l'utilité de les attacher. Aube semblait continuer de l'observer, peut-être qu'elle se rapprocherait un peu pour avoir une meilleure vue. Toujours est-il qu'il cherchait un manteau, quand il tombe sur une longue bande de cuir qu'on appellerait communément ceinture.

-Qu'est-ce que cela? On dirait... un serpent.


Il la laisse tomber et s'enfonce un peu plus dans la boutique, mais il s'arrangeait pour garder une vue sur Aube. Il trouve enfin un grand vêtement ample. C'est ce qui doit être un manteau, s'il se fie à la description qu'il en connait. Dans les faits, c'était plutôt un pull avec un capuchon ce qu'il vient de trouver, mais il l'enfile quand même. Déjà, il avait moins froid semble-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Ven 30 Nov - 21:21


Cael & Aube


Bien que le visage de l’homme soit neutre, il ne semble pas méchant, mais jamais se fier aux apparences, voilà sa citation préférée. Elle se le rappelle, ne voulant pas se laisser piéger par les airs de l’étranger. Lorsqu’elle lui conseil de mettre un manteau et des souliers, il fronce les sourcils, penche la tête, regarde ses pieds et repose son regard sur Aube. Il se gratte la tempe avec un doigt, alors qu’elle le regarde curieusement, peut-être même étrangement. Il lui semble particulier… pas au sens méchant, c’est tout simplement qu’il agit de façon un peu… spéciale…

- Vous avez sans doute raison… Est-ce qu’il fait toujours aussi froid ici ? Bonne question, elle n’en sait rien… elle est seulement en voyage, mais elle sait que Londres n’est pas reconnu pour sa chaude température. À sa connaissance, Londres est une ville tempérée, avec des étés moyennement chauds et des hivers rarement glaciaux. Elle hausse légèrement les épaules, mais si elle sait que ce n’est pas toujours aussi froid.

- Non… en été, il fait plutôt chaud, mais l’hiver est en général plus froid. Du moins, j’imagine. Elle l’observe. Il prend une paire de souliers qui visiblement semble trop petite. Il essai d’y rentrer son pied, mais évidemment, ça ne fonctionne pas. Elle le regarde faire, sourcils froncés, le trouvant de plus en plus curieux. Il soupire, en trouve une autre paire, l’essai et elle semble lui faire, du moins, son pied y entre, c’est déjà ça. Il ne prend pas la peine d’attacher les cordons et se met à chercher autre chose. Elle s’approche un peu, attentive. Cael prend alors une ceinture et la regarde.

- Qu’est-ce que cela ? On dirait… un serpent. Il la laisse tomber, s’enfonce un peu plus loin dans la boutique. Elle se retient de rire pendant un serpent, elle le trouve étrange plus qu’autre chose. Il ne sait pas ce qu’est une ceinture… réellement étrange.

- Eummm, une ceinture… Elle s’approche davantage, continue de l’observer. Il prend un pull à capuchon et l’enfile. Elle se dit que vu la froide température, il serait mieux avec un manteau. Elle soupire légèrement pour elle-même et ne le quittant pas des yeux, se dirige vers un mur où des manteaux sont accrochés. Elle en décroche un manteau chaud, regarde la taille et se dit que ça devrait lui aller. Elle s’approche donc de l’homme le lui tend.

- Un manteau… Elle l'observe de plus près, le dévisage. La curiosité l'emporte encore. Il lui semble vraiment étrange. Il lui semble toujours aussi perdu, même plus. Il lui rappel un extraterrestre venu tout droit de Mars... mais à l'apparence très humaine. Bizarrement, elle ne le craint plus vraiment, ou plutôt, elle le craint moins qu’au début. Elle doit tout de même continuer de se répéter que l’apparence est peu fiable. L’homme lui semble… inhumain, un peu unique si on veut. De plus qu’il ne semble pas jouer la comédie, il semble réellement égaré. Mais il y a tant de bons menteurs dans ce monde et surtout de nos jours. Aube aimerait tellement pouvoir lire dans la tête des gens et savoir instantanément à quoi ils songent. Ça l’éviterait au moins les mauvaises surprises, ou ça les adouciraient. Malheureusement, elle n’a pas ce pouvoir et ne l’aura jamais, ce qui est bien dommage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Ven 30 Nov - 23:46

Cael se sentait observé par cet mortel, mais il n'en était guère étonné et il était conscient qu'il pouvait représenter une certaine attraction, être une curiosité, vu son comportement. Il devait se familiariser avec son corps, avec cet environnement, avec les us et les coutumes du monde des mortels en somme. Il y faisait ces tous premiers pas et cette femme l'observait dans un silence qui relevait presque du mutisme. Alors il ne s'embêtait pas d'elle et même, si en l'observant, cela pouvait lui permettre de voir qu'il n'est pas dangereux, qu'il aurait peut-être besoin d'aide et qu'elle trouve en elle la volonté d'être une âme charitable, alors peu peu, il trouvera un sens à ce monde et il aura vite les moyens de l'aider.

En attendant, il devait régler cette question du froid. À sa question, Aube met un certain temps à répondre. Était-ce une question qui nécessitait une réponse compliquée? Elle lui parle alors des saisons. Ah oui, les saisons! Elles sont mentionnés dans la Genèse. D'ailleurs, un passage revient à l'esprit de Cael.

-Ah oui, l'hiver... Tant que la terre durera, semailles et moissons, chaleur et froidure, été et hiver, jour et nuit ne cesseront jamais... Nous sommes aux temps de la froidure donc. Demain, ce sera les semailles et les chaleurs.

Demain au sens large bien sûr, Cael sait bien qu'un hiver peut durer plusieurs journées, enfin, d'après ce qu'il en sait. Comme il ne voyait pas de neige, il se disait être au début de l'hiver. D'ailleurs, il avait hâte d'en voir, de la neige... Ce manteau blanc qui recouvre la surface l'avait toujours fasciné. Il pourra maintenant le voir tel que les mortels le voient.

Après ce petit moment de réflexion, il se remet à la recherche d'un manteau et trouve ce cette longue bande de cuir qu'il compare à un serpent. Tandis qu'il se dirige plus loin, il entend Aube appeler cette chose une ceinture. Ahhh, une ceinture! Il aurait dû deviner d'ailleurs, c'était évident. Il revint vers l'objet et le reprit.

-En effet, "de même qu'une ceinture est attachée à la taille d'un homme"... C'était évident.

D'ailleurs, il remarque que la taille de sa jeans était toute adaptée à une ceinture, alors il la passe autour de sa taille et attache la boucle sans trop de difficulté. Voilà, beaucoup mieux. Bon, ne restait plus que le manteau et il trouve un pull, pensant avoir trouvé se dont il avait besoin, mais Aube vient vers lui avec un manteau. Elle semblait de moins en moins méfiante à son endroit, distante même. Tant mieux, s'il avait voulu la terrasser, il l'aurait fait depuis longtemps.

-Oh, je vois. Je croyais que c'était... différent. Merci.

Il prend donc le manteau et l'enfile, met même le capuchon de son pull. Il se regarde dans un miroir et constate le résultat. Il devait avoir l'air encore plus humain maintenant et moins sensible au froid. Il eut un petit hochement de tête, satisfait, puis, se retourne vers Aube. Comment lui dire... que lui dire? Elle ne serait pas à même de comprendre, pas maintenant, pas aussi tôt.

-Je me suis présenté, vous ne l'avez pas fait à votre tour. Les bonnes manières ont péri avec le monde des hommes, c'est cela? Ou bien vous êtes méfiante... Je ne vous en ferai pas le reproche, je vous comprends. Je sais ce qu'ils ont fait, ce qu'ils continuent à faire. Vous n'êtes pas un des leurs, cela, je suis à même de le voir. Je sais aussi que vous n'êtes pas humaine. Humaine ou non, vous avez l'occasion d'aider un Homme qui à son tour, en aidera beaucoup d'autres. Voulez-vous m'aider?

L'Homme semblait sérieux, il ne rigolait pas le moins du monde, surtout pas quand il disait être capable d'aider. Aube pourrait être sa guide pendant un moment, du moins, une personne qui l'aiderait à faire ces premiers pas. Après tout, Dieu avait peut-être fait en sorte que leurs routes se croisent, que leurs destins soient liés. En bon ange, il ne croit pas au hasard, mais seulement aux desseins de Dieu, dont les voies sont impénétrables. Restait à savoir maintenant si elle était prête à aider un Homme qui ne sait pas ce qu'est un manteau ou une ceinture, un véritable étranger, un extraterrestre oui, d'une certaine façon. Il n'est pas de ce monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Lun 3 Déc - 20:56


Cael & Aube


- Ah oui, l'hiver... Tant que la terre durera, semailles et moissons, chaleur et froidure, été et hiver, jour et nuit ne cesseront jamais... Nous sommes aux temps de la froidure donc. Demain, ce sera les semailles et les chaleurs. Sur ces paroles des plus étranges et même dire… effrayantes ? Elle fronce les sourcils et le regarde, un peu étonnée, un peu déboussolée… Ce qu’il raconte, ou cite lui semble vraiment… bizarre. Il parle d’une façon qui lui semble inhumaine ou elle ne sait comment dire, comme quelqu’un qui vivait à une autre époque ou sur une autre planète. Mais étrange est le mot qui lui revient sans arrêt à l’esprit. Elle l’a trouvé étrange dès le premier regard… C’est peut-être un signe, non ? Il s’agit peut-être de ses sens qui lui indiquent un certain danger… Elle le regarde fixement, devenu silencieuse à nouveau.

Puis lorsqu’elle lui indique que c’était une ceinture –la chose qu’il comparait à un serpent- il la reprit. En effet, "de même qu'une ceinture est attachée à la taille d'un homme"... C'était évident. À cet instant, il la passe autour de sa taille et la boucle. Sourcils toujours froncés, elle le dévisage, totalement muette. Il enfile ensuite le pull, elle va à la recherche du manteau et le lui tend. Une fois encore, elle ne saisit pas vraiment pourquoi elle fait ça…

- Oh, je vois. Je croyais que c'était... différent. Merci. Elle sourit légèrement et fait un léger signe de tête en guise de réponse à ses paroles, à ses remerciements. En ce moment, elle est un peu mal à l’aise, elle redevient doucement méfiante. Ses sens sont en alertes, elle s’imagine que c’est mieux de ne pas lui faire confiance. Elle a d’ailleurs appris à se méfier de tout le monde. L’homme enfile le manteau, met même le capuchon de son pull puis se regarde dans un miroir. Il semble satisfait, alors qu’elle ne le quitte pas des yeux.

- Je me suis présenté, vous ne l'avez pas fait à votre tour. Les bonnes manières ont péri avec le monde des hommes, c'est cela? Ou bien vous êtes méfiante... Je ne vous en ferai pas le reproche, je vous comprends. Je sais ce qu'ils ont fait, ce qu'ils continuent à faire. Vous n'êtes pas un des leurs, cela, je suis à même de le voir. Je sais aussi que vous n'êtes pas humaine. Humaine ou non, vous avez l'occasion d'aider un Homme qui à son tour, en aidera beaucoup d'autres. Voulez-vous m'aider? Il semble en tout point sérieux, alors qu’elle ne saisit pas trop. Qui il est ? Et que veut-il ? Elle le dévisage un court instant, réfléchie.

- Désolée… je suis… Aube. Elle prend une pause, ne cessant pas de le fixer. Vous avez besoin d’aide… Pourquoi ? Qu’attendez-vous de moi ? Et surtout, qui êtes-vous ? Et qu’est-ce que vous êtes ? Visiblement pas humain… Elle demeure méfiante, elle le redevient peut-être davantage. Ce Cael lui semble beaucoup trop bizarre. Elle veut des réponses à ses questions avant de s'impliquer dans quoi que ce soit... Aube a toujours besoin de détails, plus de détails. La crainte de se faire tromper la tenaille à chaque jour de sa vie et ça depuis des années. Elle pose toujours des questions et les réponses doivent êtres précises et lui plaire. Elle déteste laisser les choses au hasard, elle a besoin d'être informée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mar 4 Déc - 12:20

Cael était enfin habillé de façon humaine, bien qu'il ne réalisait pas encore qu'il lui manquait un petit élément, un détail en quelque sorte, qu'on appelle sous-vêtements, mais bon, il le découvrira peut-être plus tard. En attendant, il s'était habillé et selon le climat. Intelligent, il apprenait vite et retenait dans un coin de son esprit et de sa mémoire l'appellation qu'on pouvait donner à chaque vêtement et de quoi ils avaient l'air. Il remarquait d'ailleurs que dans cette boutique, les articles étaient regroupés par type si on peut dire. Donc tous les manteaux étaient alignés les uns à côté des autres, il en allait de même pour les gilets, les souliers et etc. D'un coup d’œil, Cael pouvait donc voir qu'il y avait décidément tout un éventail de choix. Le concept de mode lui est encore tout à fait étranger, mais cependant, la mode doit bien avoir péri avec le reste du monde non?

L'ange se livre ensuite à son premier sermon envers une mortelle. Si l'homme était sérieux, il faut dire qu'après avoir eu du mal à se vêtir seul et quand il parlait, il avait encore les souliers détachés, cela ne fait pas nécessairement des plus convaincants. Le problème, ce n'est pas toujours les mots, mais bien qui les dit. Il livre quand même son message et met Aube face à un choix, choix qu'elle ne fera pas, semble-t-il avant d'avoir eu des réponses à ces questions. Fort bien, elle a le droit de les poser et il répondra dans la mesure dans laquelle il peut, parce qu'il y a des choses qu'il ne peut pas dire, qu'elle n'est pas prête à entendre non plus. Les mortels sont dépassés assez facilement.

-Aube... c'est de bonne augure. C'est le commencement du jour.

Cael ne croit pas au hasard, il croit aux grands desseins et le fait que cette femme s'appelle Aube était un indice de plus. Il n'était pas apparu ici par hasard et Dieu devait avoir fait en sorte qu'ils se rencontrent ainsi. Il n'avait donc pas pu s'empêcher de faire ce petit commentaire. Après, il écouta patiemment ces questions et croisa les bras. Elle semblait l'accuser de ne pas être humain, mais...

-Pas humain? Je suis probablement moins humain que vous, c'est vrai, mais inutile d'en faire un concours. Nous avons tous les deux le visage des hommes. Mais tous les deux, nous ne sommes pas tout à fait ce que nous semblons être. D'ailleurs, j'ignore moi-même ce que vous êtes exactement, mais... est-ce que votre race fait tout ce que vous êtes? Non. Vos valeurs, ce en quoi vous croyez, vos sentiments, votre vie, présente, passée, vos espoirs, vos rêves, vos idées, vos pensées. Voilà ce qui fait ce que vous êtes, dans votre entière complexité.

Alors, je ne veux pas être impoli, mais ce que je suis est plus compliqué que le simple fait d'affirmer que je ne suis pas un humain, au sens strict du terme. Et... vous pouvez me trouver froid, mais je ne crois pas que je pourrais tout vous livrez en mot ce que je suis. Cela vous dépasserait. À la question qui je suis maintenant... je dois dire que j'ai déjà répondu. Je suis Cael, je viens d'arriver ici et j'ai besoin d'aide. Ce qui nous amène à la question la plus important que vous ayez posé, la plus sage peut-être. Qu'est-ce qui est attendu de vous?

Depuis neuf ans, vous avez vu le monde s'écrouler. Vous avez perdu des êtres chers, vous avez dû vous résigner à une existence sans espoir, sans grande perspective d'avenir. Vous n'avez peut-être pas participé à l'extinction de l'Humanité, mais je ne pense pas qu'on puisse dire que vous ayez fait grand chose pour l'empêcher non plus. On dit parfois que ne pas empêcher un crime, c'est y participer. Je trouve ce jugement sévère. Vous êtes une survivante, vous n'avez pas renié votre humanité, cela, je le sens et déjà, ce sont de beaux exploits. Maintenant, vous êtes devant un choix. Un choix qui vous inquiète, personne n'aime être contraint. Vous avez croisé tant d'êtres maléfiques, tant de créatures qui ont abusées de votre confiance. Aujourd'hui, vous ne croyez plus en rien, sinon qu'en vous-même. Bien aujourd'hui, un homme vous demande de l'aide, en toute simplicité. Je viens d'arriver ici, je suis vulnérable et comme vous avez vu, je connais mal les... façons de vivre. Sans vous, Aube, je suis perdu, mais je ne vous obligerai à rien. Je vous demande seulement, de me regarder dans les yeux et de me dire si la vie ne mérite pas qu'on lui donne une chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mer 5 Déc - 13:45


Cael & Aube


- Aube... c'est de bonne augure. C'est le commencement du jour. Elle fronce légèrement les sourcils à cette réponse. La phrase n’est pas si étrange que ça, mais c’est surtout la façon dont elle est dite. Elle le regarde intensément, alors qu’il s’enfonce dans un grand discours. Il se dit être probablement moins humain qu’elle, mais que c’était inutile d’en faire un concours. Ensuite, qu’ils ont tous deux le visage des hommes, mais qu’ils ne sont pas ce qu’ils semblent être. Qu’il ignore lui-même ce qu’elle est et lui demande si c’est sa race qui fait tout ce qu’elle est. Sur ce point, il n’a pas tout à fait tort, mais depuis qu’elle est louve, elle a changée, non ? Elle continue de l’écouter attentivement. Il parle des valeurs, des sentiments, de la vie, des espoirs, des rêves, des idées, des pensées, lui disant que c’est ce qu’elle est. Elle est plutôt d’accord, mais, ça ne répond pas à sa question. Elle ne se demande pas moins ce qu’il est.

Ensuite, il lui dit qu’il ne veut pas être impoli, mais que ce qu’il est est plus compliqué que le simple fait d’affirmer qu’il n’est pas humain. Qu’elle peut bien le trouver froid, mais qu’il ne croit pas qu’il pourrait tout lui livrer en mot ce qu’il est. Que ça la dépasserait. À cette réponse, elle devient septique, plus méfiante encore. Trop étrange à son goût, oui. Pourquoi ne lui dit-il pas tout simplement ce qu’il est ? À quoi joue-t-il ? Avant qu’elle ne pose la moindre question, il continue son discours.

Il dit ensuite qu’il a répondu à sa première question, qu’il est Cael, qu’il vient d’arriver et qu’il a besoin d’aide. Ce qui les amène à la question la plus importante et peut-être même la plus sage qu’il ait posée. Qu’est-ce qui est attendu d’elle ? Elle le dévisage. Donc sa première question n’était pas sage ? Non, plutôt y aller à l’aveugle et s’embarquer dans elle ne sait quoi avec une quelconque créature. Non, mais il débarque d’où celui-là ?

Après, il dit que depuis neuf ans, le monde s’est écroulé, la perte des êtres chers, résigné à une existence sans espoir, sans grande perspective sur l’avenir. Qu’elle n’a peut-être pas participé à l’extinction de l’humanité, mais qu’il ne pense pas qu’elle ait fait grand-chose pour l’empêcher non plus. Une phrase de trop, pour qui se prend-t-il ? Comme si l’humaine qu’elle était aurait pu à elle seule y faire réellement quelque chose ? Elle a toujours essayée d’aider du mieux qu’elle le pouvait, quitte à même devenir une créature à son tour. Elle le dévisage longuement, alors qu’il continue. Il dit ensuite que de ne pas empêcher un crime c’est d’y participer. Qu’il trouve ce jugement sévère, qu’elle est une survivante, qu’elle n’a pas reniée son humanité, qu’il le sent et que ce sont de beaux exploits. Que maintenant, elle est devant un choix. Un choix qu’il l’inquiète, que personne n’aime être contrait. Qu’elle a croisée tant d’êtres maléfiques, tant de créatures qui ont abusées de sa confiance. Qu’aujourd’hui, elle ne croit plus en rien, sinon en elle-même. Mais qu’aujourd’hui, un homme lui demande de l’aide, en toute simplicité. Qu’il vient d’arriver, qu’il est vulnérable et que comme elle l’a vu, il ne connait pas leurs façons de vivre. Que sans elle, il est perdu, mais qu’il ne l’obligera à rien. Qu’il lui demande seulement de le regarder dans les yeux et de lui dire si la vie ne mérite pas qu’on lui accorde une chance.

Tant de mots, tant de choses à songer, mais toujours la même inquiétude. Sourcils froncés, elle le regarde bien droit dans les yeux.

- De ce que je peux voir Cael, vous semblez bien connaître ce monde et de quoi il en retourne maintenant. Vous pourrez donc comprendre que la confiance se gagne et qu’elle n’est pas facile à acquérir. Dans mon cas, la confiance était difficile à obtenir, bien avant tout ça. Elle ne peut pas lui accorder toute sa confiance comme ça, ça lui est impossible. Il est trop étrange, trop louche, d’un sens, il l’effraie… Peut-être est-elle paranoïaque, mais cet homme n'a rien d'un humain et il est étrange, et ceci non seulement dans sa façon de s'exprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mer 5 Déc - 15:22

Aube, c'est peut-être le commencement d'une nouvelle journée, mais aucun soleil d'espoir, ni même de confiance, ne semblait habité cette femme et ce, depuis peut-être trop longtemps déjà. Jusqu'ici, il avait espéré le contraire et il avait d'ailleurs usé d'argument et de parole, comme le Fils de Dieu en son temps, pour tenter de faire en sorte d'animer cette jeune femme, cette créature, d'un semblant de compassion et de confiance envers une personne qui, inoffensive jusqu'à preuve du contraire, avait besoin de son aide. Cependant, des mots ne peuvent toujours suffirent à eux seuls et Cael finit par comprendre qu'il ne convaincra pas cette femme de l'aider et ce, même en lui faisant savoir que c'est son devoir moral de le faire. Justement, il n'y a plus de moral en ce monde, les gens survivent de leur côté et abandonnent les autres à leur sort. La vie est devenue une éternelle solitude. L'ange est là pour réunir les gens du bien, mais il sent que cette... brebis égarée, l'est depuis trop longtemps pour se laisser dicter quoique ce soit par un berger, fut-il l'incarnation même de la mort.

Se dont il se doute fortement se confirme dans les propos qu'elle tient après qu'il ait parlé longuement, sur un ton moralisateur et solennel, c'est vrai, mais l'ange du pardon ne pouvait faire autrement. Il était une créature céleste et non un être humain ayant connu la souffrance et les aléas de la vie. Aube se contente de lui dire que sa confiance est très difficile à obtenir et que c'était le cas même avant l'arrivée des damnés. Fort bien, elle sous-entend donc qu'elle n'a pas confiance en lui et donc, il en déduit qu'elle ne l'aidera pas. Elle a fait son choix, il va le respecter, tel que promis. Le soleil ne sera pas dans le ciel éternellement. Après l'aube vient le crépuscule, tôt ou tard. Il ferait mieux de trouver un endroit où s'abriter, avant que les vampires n'envahissent les rues de la ville.

-Très bien, je comprends et je respecte votre décision. Je demandais peu de choses, mais vous n'êtes peut-être pas en mesure d'en donner autant. Je prierai pour le salut de votre âme et j'espère tout de même qu'un jour, lorsque vous serai dans le besoin, que quelqu'un vous aidera, que sa vie lui ait interdit toute confiance ou non.

Cael était l'ange du pardon, il se refusait donc toute rancune ou tout reproche à cette femme, qui au fond, est terrorisée au point de se méfier de tous. C'est la peur qui justifiait sa décision par-dessus tout, derrière cette façade de méfiance. Il la voyait bien, cette peur dans son regard, et ce, depuis un moment. Il a un petit geste de tête, sorte d'acquiescement et passe près d'elle, sans faire le moindre geste hostile pour retourner dans la rue et reprendre son errance, toujours avec les souliers détachés, bien sûr! Il devra sans doute apprendre à faire comme les habitants de cette Terre, à se débrouiller seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Sam 8 Déc - 11:21


Cael & Aube


- Très bien, je comprends et je respecte votre décision. Je demandais peu de choses, mais vous n'êtes peut-être pas en mesure d'en donner autant. Je prierai pour le salut de votre âme et j'espère tout de même qu'un jour, lorsque vous serai dans le besoin, que quelqu'un vous aidera, que sa vie lui ait interdit toute confiance ou non. Sur ce, il lui fait un petit signe de tête puis passe près d’elle, l’air calme, retournant dans la rue. Cet homme lui semble toujours aussi étrange, mais pour dire vrai, il vient tout juste de trouver les mots pour qu’elle se sente mal. Elle laisse échapper un léger soupire et se retourne. Elle le voit, il marche calmement, regardant autour de lui, il n’est pas très loin. Elle sort donc dans la rue et s’avance d’un pas plus ou moins rapide vers lui. Elle agit sous impulsions et ne pense pas réellement aux répercussions. Et si cet homme lui voulait du mal ? Ça n’aurait rien d’étonnant, mais elle a l’impression d’avoir quelque chose à prouver. Elle n’est pas incapable d’en donner autant, elle a toujours eu un grand cœur, mais il a si souvent été brisé.

- Cael ! Attendez ! Elle accélère le pas et se retrouve à ses côtés. Elle redevient nerveuse, elle a tellement peur d’être trompée et elle ne veut pas lui accorder sa confiance si facilement. Mais… D’accord, je vais vous aider. Mais sachez que si vous essayez de me tromper d’une façon ou d’une autre, vous allez le regretter… Bon, elle dit ça plutôt inutilement. Si jamais il l’a tue, elle n’y pourra plus grand-chose par la suite, mais elle se doit de dire quelque chose d’un peu… menaçant ? Bien qu’elle ne le semble pas réellement.

- En ce moment, je ne vous cacherai pas que je suis un peu... effrayée. Et sachez que je ne vous accorde pas entièrement ma confiance, un seul faux pas et c’est terminé, d’accord ? Sur ce point, elle est totalement sincère. Un pas de travers, quelque chose qu’elle n’aime pas et il perd tout. Aube peut tellement donner lorsqu’elle le désire et en ce moment, ce n’est pas qu’elle ne désire pas aider. À savoir que cet homme serait innocent, elle pourrait se donner à cent pour cent, mais elle ne le sait justement pas. La jeune femme rajuste son bonnet sur sa tête et le regarde de façon tellement intense qu’elle semble essayer de lire dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Sam 8 Déc - 11:41

Cael restait convaincu qu'on ne peut pas forcer quelqu'un à aider. On peut obliger une personne à bien des choses, mais pas à cela. Aider implique une part de volontariat, de volonté et de vouloir. S'il ne réussissait pas à convaincre Aube ou à gagner sa confiance, à lui paraître suffisamment digne d'aide, alors peut-être qu'il avait fait un faux pas, s'en même s'en rendre compte. Il est bien conscient qu'il a beau avoir observé le genre humain depuis les cieux, ce n'est pas pour autant qu'il comprend tout de leurs agissements, bien souvent illogique d'ailleurs, du point d'un ange en tout cas.

Il venait donc de se résigner à partir, énonçant quelques paroles avant de quitter le magasin pour retourner dans la rue. Il marchait tranquillement et reprenait bien sûr son moment d'observation, de béatitude peut-être même. Londres est une ville étonnante, elle a gardé un côté authentique, malgré la fin du monde qui a frappé. Puis, une voix, celle de Aube, interrompt le silence dans lequel il s'était plongé. Il se retourne alors vers celle qui lui disait d'attendre. Que se passait-il tout à coup? Voulait-elle le prévenir qu'il allait dans la mauvaise direction? Cela aurait pu être fort possible.

Une fois près de lui, elle se dit prête à l'aider finalement. Cette femme n'était peut-être pas une âme complétement égaré et sans espoir alors. Il eut un léger sourire en coin, mais acquiesça doucement quand elle vient à préciser qu'au moindre faux pas de sa part, elle l'abandonnerait de nouveau à son sort et ce, sans hésiter. Juste rétribution, il espère quand même qu'il ne commettra rien de tel par mégarde.

Silencieux, il sentait qu'elle avait autre chose à lui dire. Aube se disait effrayée et il ne cachait pas son étonnement. Était-il si... effrayant? Il faut croire que oui! Était-ce son apparence inadéquate ou plutôt son comportement? Il n'en savait rien, mais pour le moment, il retient toute question, c'est sans doute plus sage. Puis, elle revient sur sa mise en garde, ce qui la doublait pour ainsi dire. Cette fois, pour la rassurer, il se permet de prendre la parole.

-C'est d'accord. Vous ne le regretterez pas, Aube.


C'est sans doute ce qu'elle espérait oui. Quand au reste, il n'allait pas lui faire d'autre grand sermon, ce n'était pas tellement le moment. Il voyait le soleil disparaître petit à petit derrière les édifices et s'il y a une chose qu'il a retenu depuis le ciel, à observer les damnés, c'est qu'il vaut mieux ne pas traîner la nuit, autrement, on s'attire vite des ennuis, surtout pour un être à l'apparence humaine, comme lui.

-Le crépuscule approche, nous ferions mieux de nous mettre à l'abri non?


C'était la proposition qu'il osait avancer. Il ne sait pas si Aube quant à elle à bien besoin de s'abriter ou si au contraire, elle erre dans les rues de nuit comme de jour. Faites que ce ne soit pas la pleine lune cette nuit, autrement, Cael ne le sait pas encore, mais il pourrait se retrouver face à un problème.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mer 19 Déc - 11:58


Cael & Aube


Cael se retourne vers elle, il lui semble peut-être un peu étonné. Elle lui parle, le regardant de façon très intense. Il l’écoute, un léger sourire apparaissant sur ses lèvres et acquiesce doucement lorsqu’elle précise qu’il le regrettera s’il la trompait. Il reste silencieux lorsqu’elle avoue qu’elle est effrayée, qu’elle ne lui accorde pas sa totale confiance et qu’au moindre faux pas, c’est terminé.

- C’est d’accord. Vous ne le regretterez pas, Aube. À son avis, il n’y a rien de moins sûr. C’est justement ce genre de paroles qui l’inquiète, même si elle sait que c’est pour la rassurer qu’il l’est prononce. Elle reste à son tour silencieuse, l’observant avec attention. Peut-être y décrypterait-elle un signe quelconque ?

- Le crépuscule approche nous ferions mieux de nous mettre à l’abri non ? Elle n’en voit pas la nécessité pour elle-même, mais peut-être que cet homme a besoin de se mettre à l’abri, lui… Elle reste un instant de plus muette, songeant à quel endroit elle pourrait l’amené. Certainement pas chez elle, il en est hors de question, elle ne le connait pas. D’ailleurs, elle n’amène jamais personne chez elle, le seul à connaître sa nouvelle demeure, c’est Elijah et c’est très bien ainsi. L’image de Zoo se forme alors dans sa tête, elle sait très bien que des humains s’y cachent, mais d’un autre côté, elle ne souhaite pas y amené cet homme, il ne serait pas prudent de le guider dans cette cachette. L’image de cavernes vient aussi à son esprit, mais elle est plongée dans ce même dilemme.

Puis elle repense à la vieille cabane, non loin de Londres. Jamais personne n’y va, elle s’y abritait alors qu’elle était encore humaine. Elle se situe dans la forêt, mais ce soir, ce n’est pas la pleine lune, alors c’est beaucoup moins dangereux. Cet endroit est celui dans lequel elle se sentait le plus en sécurité autrefois, elle avait l’impression que ce lieu devenait invisible. Il s’agit alors peut-être de l’endroit idéal…

- D’accord… je vous amène dans un lieu sûr. Mais, c’est à plusieurs minutes de marche, voire peut-être près d’une heure. Donc, si ça vous convient, attachez vos souliers, ça ira beaucoup mieux si nous avons à courir.
Elle pose alors ses yeux sur les lacets détachés de l’homme puis le regarde à nouveau. Ce n'est peut-être pas très prudent d'aller quelque part seule avec lui non plus, mais ça lui semble être la seule option potable. C'est ça, chez elle, le Zoo ou les Cavernes, elle préfère donc mettre sa seule vie en danger, plutôt que celle des humains.


Dernière édition par Aube J. Sorabella le Mer 20 Fév - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mer 16 Jan - 17:35

Convaincre cette créature de l'aider n'avait pas été facile. D'ailleurs, l'ange ne prenait pas pour acquis l'aide qu'Aube allait lui donner. Il devra quand même faire le plein de connaissances avec cette dame et tenter de comprendre les voies de ce monde et de cette époque trouble, avant que leur chemin ne se divise. Silencieuse, la demoiselle semblait déjà regretter sa décision de l'aider. Ce sera à lui de prouver qu'au contraire, c'est une des décisions les plus judicieuses qu'elle aura prise dans sa jeune vie et puis, ce sera aussi à lui de tenter de lui redonner espoir et foi, en les autres, en elle-même et éventuellement, en Dieu aussi. Chaque chose en son temps, Cael sait très bien qu'il n'arriverait pas à tout cela en claquant des doigts. La première étape était sans doute de trouver un refuge avant qu'il ne fasse nuit et que les créatures nocturnes n'envahissent la surface et ne leur causent quelques soucis. L'ange ne ressent pas la peur, ni même la crainte, mais pour le moment, il veut se faire discret et il n'a pas envie non plus d'affaiblir par prétention cette enveloppe corporelle, qui peut être aussi fragile que celle des humains et leurs semblables.

Aube suggérait de le conduire en lieu sûr, mais quand même assez éloigné. Ils devront faire vite dans ce cas. Si Cael savait où c'était exactement, il pourrait s'y téléporter, mais ce ne serait pas très subtil, surtout pas en face de Aube et puis, pour mieux ressentir ce que c'est que d'être un humain, il faut faire à leur manière et donc, marcher et peut-être rencontrer des embûches en chemin. Une chose qui se fera mieux, selon Aube, s'il attache ces souliers. Il fronce des sourcils, puis baisse les yeux, regardant ce que sa camarade de fortune regardait.

Cael s'assoit donc sur le bord d'un trottoir, ou bien un banc renversé, peu importait quoi exactement et tâchait d'attacher ces souliers. Après un essai raté, du deuxième coup, il parvient à faire une jolie boucle à son soulier, puis répète le même "exploit" à l'autre soulier.

-Est-ce mieux ainsi?

Prend-t-il la peine de demander. Après quoi, ils se mettent en route, d'un bon bas, à moins qu'Aube ne marche lentement, car au fond, Cael suivra le rythme de sa guide, si on peut l'appeler ainsi. Tandis qu'ils marchaient dans les rues désertes, mais avec la sensation parfois de ne pas être seul ou d'être observer, l'ange cherchait à savoir ce qui s'est passé ici au juste.

-Qu'est-ce qui s'est passé ici au juste?

Qu'Aube finisse par comprendre ou qu'elle ait déjà deviné qu'il n'était pas un humain "normal" ne le tracassait pas trop. C'était un peu inévitable, vu sa condition actuelle, son intégration à ce monde était encore loin d'être faite. Au fil du temps, il y sera plus à l'aise, mais pour le moment, il doit encore s'habituer à une énorme quantités de choses, dont certaines dépassent même l'entendement de la conscience humaine.

-Est-ce qu'il y a longtemps que vous êtes ici?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Lun 28 Jan - 12:21


Cael & Aube


Lorsqu'elle lui dit qu'il ferait mieux de lasser ses souliers, il fronce les sourcils puis baisse les yeux, fixant ses pieds. Il s’assit alors sur le bord du trottoir puis tente de nouer ses lacets. Premier essaie raté, il retente sa chance, y parvient puis attache l’autre soulier. Sourcils froncés, elle le regarde faire, le trouvant toujours aussi curieux. Cet homme ne semble pas mauvais, au contraire et c’est de là que viennent les doutes. Excepté son apparence, il ne semble pas humain, mais… Elle ne sait pas quoi exactement penser. Elle lui accorde cette certaine confiance et bien sûr, elle doute et doute toujours.

- Est-ce mieux ainsi ? Elle approuve d’un léger signe de tête, alors qu’il se relève. Ils se mettent ensuite en route d’un pas plutôt rapide. Elle ne veut pas perdre de temps, surtout que le chemin est long. Ils marchent dans les rues désertiques, dans un silence qui ne la rassure pas vraiment. Elle sait parfaitement qu’ils ne sont pas seuls, il y a toujours des gens pour observer dans l’ombre, ce qui en ajoute à sa paranoïa permanente. La voix de l’étranger brise alors le silence, elle tourne le regard vers lui, sans pourtant arrêter de marcher.

- Qu'est-ce qui s'est passé ici au juste? Le regard d’Aube reste le même, elle le trouve toujours aussi étrange. Ce qui s’est passé ici ? La même chose que partout dans ce monde, le chaos, mais il est bien vrai que Londres est un des pires endroits qu’elle a visitée. Londres d’autrefois n’est plus qu’un lointain souvenir dans son esprit. Ils se retrouvent au cœur même des territoires des vampires et pour être effrayant, ça l’est. Jusqu’à maintenant, elle a eu beaucoup de chance… Une autre question vient de la part de l’homme, alors qu’elle n’a toujours pas répondu à sa question, réfléchissant un court moment. Est-ce qu'il y a longtemps que vous êtes ici? Elle regarde légèrement autour d’elle puis repose son regard sur l’homme.

- Ce qu’il s’est passé ici ? Exactement la même chose que partout ailleurs. La ville grouille de créatures, notamment des vampires. Ils ont pris le pouvoir et maintenant c’est le bordel partout, le mal règne. Londres était une ville si magnifique autrefois et désormais, elle est à leur image… Elle prend une courte pause pour passer à la réponse suivante. Et, euh... je suis ici depuis un petit bout de temps... Et vous Cael, d'où venez-vous ? Soudainement, elle se le demande, mais oui, d'où vient cet homme ? Elle ne sait absolument rien de lui, excepté son prénom et le fait qu'il n'est vraisemblablement pas humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mar 29 Jan - 11:29

Cael avait attaché ces souliers, il était prêt à affronter le monde! et à marcher surtout... Le moins qu'on puisse dire, c'est que les premiers pas de l'ange sur cette Terre auront été quand même comiques à certains égards, mais le premier concerné ne s'en faisait pas trop. Il savait qu'il y aurait une période d'adaptation, mais il n'était pas si vulnérable pour autant, bien qu'il pouvait donner l'impression du contraire et qu'il ait sollicité de l'aide. Ce qu'il voulait surtout, c'était apprendre les façons de faire, la façon de vivre, comprendre le monde sur lequel il est maintenant. Aube parlait bien peu, elle semblait se méfier de lui comme d'une des plaies d'Égypte, mais déjà, rien que la voir se comporter, agir, le ton qu'elle emploie, son attitude, tout cela lui permettait, à tout le moins, d'en saisir un peu plus sur le monde qui l'entourait. Déjà, il découvrait que tous les damnés n'étaient pas des créatures hostiles, ce qui susciteraient un débat aux cieux quand au sort que ceux-ci mérite. Cael quant à lui avait l'intention d'agir par priorités. Il faut d'abord sauver les humains et tuer les damnés qui ne leur semblent pas hostile n'est pas une priorité dans cette perspective.

Dire que Aube est silencieuse n'est pas une exagération. À sa question, il n'eut pas vraiment droit à une réponse. L'ange décide de ne pas poser la même question deux fois, car peut-être qu'elle embêtait la personne à ses côtés. Il se risque tout de même à poser une autre question, différente de la précédente. Finalement, sa bonne samaritaine répond alors aux deux questions. Elle explique alors que les vampires ont pris le pouvoir, mais pour Cael, elle sautait des étapes dans ses explications, mais il la laisse quand même terminer. Sauf qu'elle ne tarde pas à lui retourner la question, mais il ne parut pas embêté par celle-ci.

-Disons que je rêvais et que je me suis réveillé dans un cauchemar... Je viens d'ici, enfin... venais.


Cael continuait de marcher, mais précisait certaines questions. L'ange sentait qu'ils se dirigeaient vers l'extérieur de la ville. En tout cas, les grandes tours de verre se faisaient de plus en plus rares et de plus en plus éloignés. Dommage, il les aimait bien, elle semblait être si près du ciel. Il imagine qu'aujourd'hui, ces tours sont pleines de monstres.

-J'ai encore du mal à comprendre comment tous ces monstres sont apparus, tout d'un coup. Sans doute que l'essentiel de ce qu'il y a à savoir, c'est que les damnés ont pris le pouvoir.

Ce qui était un peu plus étonnant, c'est qu'Aube s'excluait complétement de ces monstres, même si pourtant, elle ne semblait pas humaine pour autant, Cael en déduisait donc qu'elle était forcément un de ses monstres elle aussi. Était-ce possible qu'elle lui mente? Pourtant, il ne sentait pas d'hostilité chez elle, de la méfiance, sans aucun doute, mais comme une personne qui craint, qui est inquiète, pas comme quelqu'un qui s'apprêtait à lui tendre un piège.

-C'est une bonne idée de quitter Londres avant la tombée de la nuit. Autrement, nous aurons à affronter bien des dangers. J'imagine que les vampires ne sont pas des créatures très amicales. Vous les craignez?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Lun 11 Fév - 16:27


Cael & Aube


À la question de la louve, l’homme lui offre une réponse qu’elle trouve beaucoup trop évasive. Il rêvait et s’était réveillé dans un cauchemar, il vient d’ici, enfin y venait… Cette réponse n’est absolument pas claire et ne convient pas à la jeune femme, cependant, il ne lui laisse pas le temps de demander davantage d’explications.

- J'ai encore du mal à comprendre comment tous ces monstres sont apparus, tout d'un coup. Sans doute que l'essentiel de ce qu'il y a à savoir, c'est que les damnés ont pris le pouvoir. Aube lui jette un drôle de regard, cet étranger semble connaître si peu de choses. Il est bien évidement que toutes ces créatures se cachaient dans l’ombre des humains depuis des siècles. Ils ont toujours su prétendre être ce qu’ils n’étaient pas, alors qu’en fait, ils étaient les mêmes créatures sans cœur qu’ils sont encore aujourd’hui. Ils ont su pendant si longtemps tromper l’être humain et désormais, ils prennent le pouvoir, réduisant la population à sang.

Avant qu’elle ne réponde quoi que ce soit, il ajoute qu’il s’agit d’une bonne idée de quitter Londres avant la tombée de la nuit. Qu’autrement, ils auraient à affronter des dangers, qu’il imagine que les vampires ne sont pas des créatures très amicales. Puis il lui demande finalement si elles les craints.

Tout en continuant sa marche vers les bois, elle le regarde légèrement. Il en dit des choses, il en pose des questions, peut-être trop d’ailleurs. Mais au final, elle préfère parler que de subir le lourd silence d’il y a quelques secondes.

- Premièrement, tout est très simple à comprendre. Toutes ces créatures se faisaient passer pour ce qu’elles n’étaient pas, des humains. Ainsi, il leur était extrêmement facile de les tromper, de les coincer. Puis un jour, ils ont décidés qu’il était temps de se dévoiler. Ils ont probablement réalisé que tout serait plus simple ainsi. Seulement, ils ne semblent pas réaliser que tout ceci va les mener à leur perte, un jour ou l’autre. Elle hausse les épaules puis s’avance sur le second sujet. Et pour répondre à vos questions, les vampires n’ont absolument rien d’amical, au contraire. Et oui, je les crains, comme tout le reste de ces créatures. Aube déteste les loups-garous, autant que les vampires, les sirènes ou les incubes, elle sait parfaitement qu'ils sont plus forts qu'elle. Elle essaie donc seulement ne de pas se les mettre à dos, après tout, elle n'est qu'une jeune louve, autrefois humaine et son humanité est encore bien présent...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mar 12 Fév - 14:48

Aube n'était certainement pas prête à ce que Cael appelle la Révélation, à savoir, qu'il lui avoue être un ange. D'abord, son cœur semble dépourvu presque totalement de foi et donc, elle ne le croirait pas, elle le prendrait sans doute pour un monstre, comme elle d'ailleurs. De toute manière, les directives étaient claires, il devait cacher le plus possible l'existence des anges aux mortels, ainsi qu'aux damnés. Par contre, il ne plaçait pas cette directive au-dessus de sa quête, c'est-à-dire, redonner espoir à l'Humanité. Si pour une raison ou une autre, dévoiler la vérité sur ce qu'il est pouvait faire grandement avancer ce but, il n'hésitera pas à le faire. Dieu le jugera sur ces actes.

Aube par contre n'est pas Dieu, elle n'a pas de sagesse absolue. Son cœur, son jeune esprit, pourrait l'amener à se tromper. Du reste, il était bien conscient de son étrangeté, bien normal, il était étranger à ce monde et il était impossible de le cacher jusqu'à un certain point. Au fil du temps, il serait un peu plus familier et finira sans doute par mieux comprendre ce qui l'entoure. D'ici là, il fallait atteindre cette fameuse cabane dans les bois. Cael espérait que ce ne soit pas un piège. Il n'en avait pas le pressentiment, mais même lui, un ange, peut se tromper à cet égard.

Tandis qu'ils marchaient, il tentait, tant bien que mal, de faire la conversation à son accompagnatrice, bien moins bavarde que lui. Il finit par se dire que parler la dérangeait peut-être, mais il y a tant de choses qu'il doit savoir s'il veut mieux réussir sa quête, la faire avancer, ménager la susceptibilité des gens n'était pas dans ces priorités. Aube finit par lui expliquer que les damnés ont toujours été là, mais qu'un jour, ils se sont dévoilés à la face du monde et ont décidé de s'emparer du sommet de la chaîne alimentaire, pour ainsi dire. L'homme n'était plus le roi de son royaume, ce titre lui a été usurpé par ces créatures sinistres que les mortels, comme les anges, appellent damnés. Les vampires sont une de ces races, qu'Aube ne semble visiblement pas très apprécier. Pensif un instant, l'ange attend un peu avant de poser d'autres questions ou de servir à Aube sa prochaine réplique.

-Et vous avez survécu à tout cela?

En soi, elle était une force de la nature, quoiqu'elle pense d'elle-même. Survivre peut être un exploit en soi, pour peu qu'on n'abandonne pas toute humanité dans le processus, auquel cas, c'est une plongée vers l'enfer. Si Aube l'avait aidé, c'est bien parce qu'elle n'avait pas encore perdu tout à fait espoir, ni l’entièreté de son humanité, de cela, Cael en était convaincu.

-Cela n'a pas dû être facile. Tant sont morts, beaucoup trop sont devenus ces monstres qui hantent nos cauchemars comme notre vie désormais. Mais il y a de l'espoir, il y en a toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mar 12 Fév - 21:54


Cael & Aube


Aube observe cet homme qui lui est en tous points mystérieux. Il agit de façon étrange, pose des questions qui le sont tout autant et il a lui-même avoué ne pas être humain. Elle craint cet homme, mais en ce moment, elle n’est pas aussi effrayée qu’elle l’était au début. Il ne semble pas mauvais, il a même ce petit côté innocent, mais elle ne peut pas lui donner l’absolue confiance. C’est un homme après tout, un homme qui n’est pas humain et c’est davantage effrayant. Mais… non, elle n’est pas effrayée, du moins, pas totalement. Elle n’a pas un mauvais pressentiment, pas vraiment. Elle le trouve juste étrange et elle se méfie. Qui ne se méfierait pas de nos jours ? Elle a beau être une louve, mais elle est une toute jeune louve au cœur totalement humain. Elle est inoffensive, du moins, lorsque la lune n’est pas pleine dans le ciel. Elle n’est pas puissante, au contraire, mais elle ne désire pas la puissance, elle ne désire que la liberté.

Pendant si longtemps, Aube a été captive de ses mauvais souvenirs et désormais, les nouveaux mauvais souvenirs l’aide à oublier ses anciens. Cependant, elle ne les oublies pas totalement, mais elle pense à la nouvelle souffrance, qui en même temps, est une souffrance agréable. C’est compliqué dans son esprit, seule elle-même arrive à se comprendre complètement.

Lorsqu’elle parle, Cael l’écoute en silence puis finalement parle.

- Et vous avez survécu à tout cela ? À cette question, le sarcasme vient à la tête de la jeune femme. Non, je suis un fantôme, vous ne le saviez pas ? Mais, elle se tait, alors qu’il continue de parler. Cela n'a pas dû être facile. Tant sont morts, beaucoup trop sont devenus ces monstres qui hantent nos cauchemars comme notre vie désormais. Mais il y a de l'espoir, il y en a toujours. Toujours en marchant, Aube l’observe. Des monstres… il n’a pas tort, elle est un monstre désormais, mais pas dans son esprit, ni dans ses actes… du moins, pas dans ses actes sous cette forme humaine.

- Je suis toujours ici... peut-être ne suis-je plus humaine, mais je le suis toujours dans mon coeur et dans mon esprit. Alors, oui, il y a de l'espoir, surtout si d'autres monstres gardent une certaine humanité au fond d'eux, comme moi. Tout n'est pas fini, rien n'est encore perdu, mais la douleur et la crainte restera jusqu'à la fin des temps. Tranquillement, Aube s'ouvre à cet homme qu'elle ne connait pas, c'est un pas vers l'avant, un énorme pas et en ce moment, elle n'en a pas conscience. Parler, ça la détend, ça l'empêche de paranoïer avec le silence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Jeu 14 Fév - 9:55

Cael cherchait à en savoir plus sur les origines de cette catastrophe, mais bien sûr, ce n'est probablement pas le commun des mortels, ou le commun des damnés, qui pourraient répondre avec amplitude à cette question. La réponse était complexe et ceux qui se retrouvèrent à lutter pour leur survie du jour au lendemain n'eurent pas vraiment le temps de se poser les grandes questions du type: "comment cela a-t-il pu arriver?". Cael comprenait donc que Aube ne puisse répondre à ses questions, ou du moins, pas avec précision, mais pour cela, il ne la blâmait pas. De son côté, il ne perdait rien à poser des questions. Cela lui permettait de comprendre un tout petit plus le monde dans lequel il se trouve.

Il cherchait aussi à gagner la confiance de Aube, ou du moins, à la mettre un peu plus à l'aise. Parce que si elle reste constamment sur ses gardes en ce qui le concerne, il sera difficile de bâtir un état de confiance et de discuter à plus long terme. De l'autre côté, il aimerait bien dire à cette louve ce qu'il est, mais ce serait se compromettre et cela, il ne le peut, même si ce fait permettrait à Aube de comprendre beaucoup de choses. Elle devra, soi le deviner d'elle-même, soi se contenter de ne pas savoir. Cael n'avait pas l'intention de lui dire.

Au fil de leur discussion, il voulait en quelque sorte souligner l'exploit que cela devait représenter que de survivre. Aube reconnaissait ne plus être humaine, mais disait l'être dans son cœur et son esprit. Son âme n'était peut-être pas encore complétement égaré dans ce cas, ce qui confirmait ce qu'il pensait déjà. C'est bien ce qu'il avait senti oui, qu'elle n'avait pas renié son humanité. Autrement, leur rencontre ce serait passée différemment. Elle sous-entendait même que d'autres damnés pouvaient faire comme elle. Sont-ils nombreux? Ces êtres humains transformés à tenter de conserver leur humanité? Si c'est le cas, il y a peut-être plus d'espoir qu'il ne le pensait. Puis, elle eut cette phrase, singulière, mais qui en disait long quant à son état d'esprit, celle qui parlait de douleur et de crainte.

-La crainte, oui, elle doit être omniprésente. Plus que de la crainte, cela doit être de la peur. Même moi, je crois que je la ressens. Comme si ce monde m'était hostile. J'ignore, même ici, ce que peut cacher les arbres, ce que cache les ombres et la nuit m'inspire encore moins confiance. Pourtant, je sais qu'il n'y a pas si longtemps, les Hommes marchaient ici, sans craindre quoique ce soit. Et la douleur... je ne peux que l'imaginer. L'Humanité a tellement souffert. Et ce n'est pas terminé, mais l'essence de ce que tu dis es là, tout n'est pas perdu. Tout reste possible. La preuve? Une damnée peut garder son humanité et aider un pur étranger.

Cael et ses monologues... il ne peut pas s'en empêcher! Il ne faut pas lui en vouloir. À force de marcher, il finit par ressentir une autre sensation à laquelle il n'était pas familier. Après le froid, voilà que la faim faisait son apparition et d'ailleurs, son ventre se mit à faire du bruit. Cael arrêta de marcher, comme étonné, se demandant ce qui pouvait bien faire ce bruit, mais il ne tarde pas à comprendre.

-Je crois que j'ai faim. J'ai bien peur que ce ne soit pas le moment de s'arrêter pour manger par contre.

À ses mots, il se remit à marcher encore plus vite. Comme s'il y avait de la nourriture, là où ils allaient...


Dernière édition par Cael le Dim 17 Fév - 13:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Dim 17 Fév - 13:00


Cael & Aube


- La crainte, oui, elle doit être omniprésente. Plus que de la crainte, cela doit être de la peur. Même moi, je crois que je la ressens. Comme si ce monde m'était hostile. J'ignore, même ici, ce que peut cacher les arbres, ce que cache les ombres et la nuit m'inspire encore moins confiance. Pourtant, je sais qu'il n'y a pas si longtemps, les Hommes marchaient ici, sans craindre quoique ce soit. Et la douleur... je ne peux que l'imaginer. L'Humanité a tellement souffert. Et ce n'est pas terminé, mais l'essence de ce que tu dis es là, tout n'est pas perdu. Tout reste possible. La preuve? Une damnée peut garder son humanité et aider un pur étranger. Aube l'observe, le mot damnée l'a fait légèrement grimacer. Elle, une damnée... Elle n'aime pas ce mot, elle n'aime pas ce terme, face à elle, du moins. Damnée pour l'éternité ? Non... elle n'est pas damnée, elle est emprisonnée, elle est... empoisonnée ? Peu importe, elle ne se considérerait jamais telle qu'une damnée, elle n'a rien à voir. Pour elle, les damnées sont les méchants, ceux qui réduisent la vie humaine à néant. Et de l'autre côté, il y a les créatures, qui comme elle, souffrent ou sont pacifiques. Cependant, elle n'en dit pas mot, elle a déjà l'impression d'en avoir trop dit. Ce qu'elle se demande, c'est ce que cet homme est. Il ne se considère ni comme humain, ni comme damné, alors qui est-il ? Aube garde le silence, alors que Cael cesse de marcher, l'air étonné.

- Je crois que c'est faim. J'ai bien peur que ce ne soit pas le moment de s'arrêter pour manger par contre. Sur ce, il se remet à marcher, plus vite encore cette fois. S'il croit trouver de la nourriture là-bas, il va être déçu... La jeune femme soupire pour elle-même, tout en continuant sa route. Une part d'elle se dit qu'il s'arrangera rendu là-bas, que ce n'est pas son problème. L'autre part se dit qu'il lui a demandé de l'aide et qu'il semble déjà assez déboussolé comme ça.

- Il n'y aura pas de nourriture là-bas... Elle regarde autour d'elle, ils ne sont pas encore sorti de la ville. Elle sait qu'il y a moyen de trouver de la nourriture dans le coin. Le chaos a bien beau avoir envahi le monde, mais la production de nourriture n'a pas cessée. Les lycanthropes ont besoin de se nourrir, tout comme les incubes et les humains. Il y a un petit restaurant non loin d'ici, on peut faire un petit détour pour vous nourrir... Elle se fiche bien de se promener ici la nuit, même si elle a des craintes, elle n'arrête pas de vivre. Elle ne compte pas l'envoyer dans le bois sans nourriture... tout à coup, la petite cabane dans les bois lui semble être un mauvais choix. Aube est encore trop humaine pour laisser cet homme dans le trouble et ça l'énerve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mer 27 Fév - 8:23

Même si Cael n'était pas hostile envers Ambre et qu'il était heureux qu'elle lui apporte son aide, on ne pouvait changer ce qu'elle était. Une part de Cael aurait aimé avoir les moyens de changer sa condition, de la guérir de ce mal qui l'habitait, mais malheureusement, même si Dieu lui avait donné bien des pouvoirs, il ne possédait pas celui-là. Alors après son petit monologue, qui se voulait tout de même encourageant sur certain point, il ne parla plus avant un moment, jusqu'à ce que son ventre crie famine. Même s'il avait faim, il était assez clair pour lui que s'arrêter et commencer à chercher de la nourriture dans cette forêt n'était pas l'endroit idéal. Dans cette ville et ces lieux qui devenaient de plus en plus ténébreux au fur et à mesure que le soleil descendait. Cela en devenait presque angoissant d'ailleurs, bien que Cael ne connaisse pas la peur, pas plus que l'angoisse. Il peut être un peu inquiet, tout au plus.

Sauf que le soucis de la nourriture ne sera pas plus réglée une fois à destination, puisque Aube annonçait, comme un fatalité, qu'il n'y a pas de nourriture là où ils vont. Cael laisse alors échapper un "oh" comme semi-étonné et qui réalisait tout à coup qu'il y avait une nouvelle situation plutôt préoccupante. Aube suggérait donc d'arrêter à un restaurant. Un restaurant? Ah oui, il sait ce que c'est, enfin, si cela n'a pas changé entre temps. Entre ses visions de ce qu'est le monde des hommes et l'état dans lequel il se trouve aujourd'hui; le monde.

-Je me demande si c'est une bonne idée. Quel serait le... facteur de risques?

Cael se demandait si, dans son état actuel, c'était vraiment une bonne idée de peut-être en venir à affronter ces premiers damnés. Il n'était pas nécessairement des plus vulnérables remarquez, avec les facultés qu'il possède, affamé ou non, il peut en découdre si nécessaire, mais tout de même, il préférait éviter la bataille si possible, mais peut-être que Ambre allait le rassurer en ce sens.

-Je suis étonné en tout cas que des restaurants existent toujours.

Peut-être allait-elle lui expliquer que ce n'était pas tout à fait dans la forme que lui pouvait concevoir. Les restaurants où on peut s'asseoir, discuter, manger, se faire servir, etc. Ou peut-être que si justement, d'où la nature de sa question. Il y avait encore tant de choses à découvrir sur cette nouvelle réalité qu'il habitait désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 85
✘ Âge réelle : 24

MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   Mer 27 Fév - 19:26


Cael & Aube


- Je me demande si c'est une bonne idée. Quel serait le... facteur de risques? À cette question, Aube hausse doucement les épaules. Elle est une créature et rares sont celles qui se font attaquées sans raison. Elle est une créature nocturne en plus. À quel point les facteurs de risques sont élevés, elle n'en sait rien. Elle imagine que ça relève du hasard tout simplement.

- Ce n'est peut-être pas la meilleure des idées que j'ai eu, mais je ne vous laisserais pas au beau milieu de nulle part, affamé et sans nourriture. Il m'arrive souvent de marcher dehors la nuit et depuis ma transformation, je ne me suis pas encore faite attaquée. Cependant, je n'ai pas l'habitude de me balader avec... je ne sais pas trop qu'elle créature, par les temps qui courent. Sur ce, elle l'observe de haut en bas, elle ne sait absolument pas quel genre de créature qu'il est. Alors, les facteurs de risques, elle l'est connait très mal. Alors, ça dépend de vous. Si vous voulez, on arrête chercher quelque chose à manger ou si vous préférez, on continue vers la forêt. Je vous laisse le choix.

Cael se dit étonner que les restaurants existent toujours, elle fronce les sourcils. Les créatures ont pris le monde d'assaut, mais la Terre n'a pas cessée de tourner pour autant. Il y a toujours des salons de coiffures, des boutiques, des bars. Les créatures n'ont pas complètement tout saccagés. Même si certains endroits semblent malfamés ou délabrés, la vie continue, mais différemment. Même que beaucoup de créatures aiment garder les vestiges de la vie humaine et un certain luxe. Il y a toujours des boutiques de vêtements et ses créatrices. Les gens aiment encore être à la mode et porter de beaux vêtements. Même que des esclaves ont des tâches tel que la couture, la cuisine, la danse... Elle ne sait pas ce que s'imagine cet homme exactement, mais visiblement il est au courant de très peu de choses.

- Vous savez, nous les loups-garous, non avons besoin de nourriture. Tout comme les incubes et succubes. Les humains et les thérianthropes doivent aussi être nourrit. Alors, les restaurants existent toujours, tout comme les épiceries, les salons de coiffure, les boutiques de vêtements, les bars... Le choses ont changés, mais pas entièrement. Les créatures ont seulement montrées leurs vrais visages, sans toutefois arrêter leurs habitudes de vie... Visiblement, la jeune femme est beaucoup plus à l'aise avec l'homme qu'elle ne l'était plusieurs minutes auparavant. Elle n'hésite plus à parler et à répondre à ses questions. Elle ne s'en rend même pas compte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'oeuvre de Dieu...   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'oeuvre de Dieu...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je fais toujours les choses qui [...] plaisent [à Dieu]. — Jean 8:29.
» Rejetons les paroles sans valeurs de ce monde éloigné de Dieu
» Inviter à Dieu
» Gravlax de saumon au sucre d'érable (entrée ou hors-d'oeuvre
» Eu. Restaurer l'Hôtel Dieu.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Legend of the Damned :: Angleterre :: Londres :: ✘ Autre
-