AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 En Eau Trouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


✘ Messages : 57

MessageSujet: En Eau Trouble   Mer 19 Déc - 0:43


Cael et Bethany
En Eau Trouble

C'est la nuit, mais le ciel est clair. La lune est presque pleine et il n'y a pas de nuages. Mais l'aube est proche. Ils doivent se dépêcher. Ils sont là pour terminer la nuit. Le groupe marche sur le quai. Si je compte bien, ils sont sept. Mais moi je ne veux qu'un seul d'entre eux. Celui qui donne des ordres. Je veux celui qui ne porte pas de cadavre. Je veux celui qui ne dégage pas l'odeur suave de la puissance et de la vie. Je sais ce qu'ils font ici. Ils se débarrassent des cadavres. De tous les temps, les humains, comme les damnés d'ailleurs, se débarrassent de ce qu'ils ne désirent plus dans les cours d'eau. De tous les temps les cours d'eau on été des endroits où s'abreuver, puis plus les villes grossissent, les cours d'eau servent de bain, de toilettes, puis de charnier et de dépotoir. C'est courant, toutes les civilisations depuis toujours ont usé des cours d'eau de cette manière.

Plouf. Ils balancent le premier cadavre dans l'eau. Je pourrais m'en contenter, le cadavre ne semble pas être cadavre depuis longtemps, mais je vise quelque chose de plus mort. Je me tapis sous l'eau, sans faire plus de vagues que les vagues. Je suis dans l'eau depuis assez longtemps pour que mon odeur, si ce lycan la détecte, ne flotte plus dans l'air. De toute manière, peu de lycans se soucient des sirènes. Les sirènes pourraient attaquer leurs esclaves, mais rarement eux. Mais je ne suis pas une sirène comme les autres. Moi, j'ai un but, une quête. Faire le plus de morts possibles chez les damnés. C'est un but comme un autre, non ? Je trouve que c'est plus sain de tuer des damnés que des humains. Il en reste si peu. Que vont-ils faire lorsqu'il n'y en aura plus ? Nous allons nous bouffer entre nous ? Damnés contre damnés ? Je n'y tiens pas. Je préfère de loin en éliminer le plus possible.

Les les laisse avancer. Plus ils seront loin sur le quai, plus ils mettront du temps à retourner sur la terre. Plus j'aurai de chance pour attraper celui qui ne se doute pas être la cible. Je connais bien les lycans. Si je les attaque, il sera le seul à ne pas paniquer. Je glisse sans bruit sous l'eau. Ils ne savent pas que je suis là. Ils jettent des cadavres dans l'eau. Moi, je me repaîtrai de l'un d'entre eux. Je m'approche et j'effleure à peine la surface de l'eau. J'attends le bon moment. J'attends qu'ils commencent à rebrousser chemin. Ils remontent le quai. Je sais où il se trouve, je le vois et sa démarche n'est pas la même. D'un coup de queue, je me propulse hors de l'eau et j'agrippe La cheville de ma cible d'une main, De l'autre, tenant une lame d'argent, je lui lacère les tendons de l'autre cheville. Il tombe sur le quai et tente de s'agripper, mais je met tout mon poids pour le faire basculer dans l'eau, Déjà, ses propres esclaves fuient la scène. Je leur souhaite d'en profiter pour fuir, ils n'auront pas souvent cette chance. Je réussit avec certes un peu de difficulté, à entraîner le lycan sous l'eau. Une fois sous l'eau, s'il reste fort, je suis nettement plus rapide. Ses geste, à cause de la résistance de l'eau sont lents et ils manquent de force. Tant qu'il ne m’attrape pas, ça ira. Je glisse autour de lui et le lacère de ma lame. Je ne vise pas la chair, ni les organes, ni les muscles. Je vise les tendons et les nerfs. Je sais où frapper. Il commence à manquer d'air, il essaie de remonter, mais je le garde sous les flots. Je frappe juste. après un moment, je finis par frapper à la nuque et j'y enfonce ma lame entre deux vertèbres. Il cesse de bouger, paralysé. Je l’attrape par le collet et je le remonte à la surface. Je le tire près des rochers, et je l'achève en lui plantant ma lame d'argent en plein coeur.

Il ne fait pas encore jour. J'aurai encore plusieurs minutes avant de voir le soleil. Je le tire vers un rocher qui me procurera encore un peu plus de discrétion. J'aurai un peu plus de temps. J'ai été rapide, il n'a même pas eu le temps de se métamorphoser. L'eau ruisselle sur ma peau et je retrouve mes jambes. J'aime bien les robes cocktail. Elles sont simple. Elle sont assez courte pour ne pas gêner les mouvements et au moins, en sortant de l'eau, je reste habillée. Et une robe, ça n'empêche pas les transformations des jambes en queue, contrairement aux pantalons. L'odeur du sang de loup-garou me fait saliver. J'ai faim, j'ai tellement faim. J'y mords à pleine dents et la chair au goût si prononcé, si sauvage, des lycans est un pur plaisir. J'ai faim. J'ai tellement faim. Je dévore sans me retenir, j'arrache des lambeaux de chair d'un rouge sombre. Je ne me suis pas fait un tel festin depuis longtemps. L'aube blanchit la plage et je dévore toujours ma proie. Je n'ai pas vraiment conscience de ce qui se passe autour. Je suis assez proche de l'eau pour déguerpir si ça devient dangereux. L'eau est rouge de son sang autour de moi. J'avais si faim. Ma transe dévorante s'atténue. Je reprend un peu de mes esprits. Je recommence à respirer normalement. Je reprend peu à peu conscience de ce qui se passe autour. Le matin se lève sur une carcasse sanguinolente.


Dernière édition par Bethany Livingstone le Lun 28 Jan - 22:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Lun 28 Jan - 12:50

Un événement singulier c'était produit. Cael espérait qu'il ne soit pas trop tard cependant. Quelqu'un, quelque part, avait prié, avait lancé un appel à l'aide et l'ange l'avait perçu. C'était un endroit froid, pas si éloigné d'où il se trouvait, puisque l'ange aidait un groupe de résistants en Norvège. Cet appel, qui ne semblait pas si éloigné, Cael se faisait un devoir d'y répondre. Il émanait d'un esclave, qui sentait la mort approcher et qui souhaitait se libérer et qui faisait appel à ce que bien des gens ne croient plus, à Dieu. À défaut d'être l'Être suprême, il était un de ces agents et il était ici pour redonner l'espoir au genre humain. Il se faisait donc un devoir de répondre à la prière d'un de ces humains.

C'est ainsi que Cael, sous sa forme physique et humaine, apparue sur une des îles de Lofoten. L'ange avait toujours autant de mal à se situer et aussitôt arrivé, il ressentit le froid de cet endroit, mais il était déjà habillé d'un bon manteau d'hiver, habitué au climat de la Norvège, pas si différent de celui de ses îles, où le froid semblait tout de même un peu perçant peut-être bien. Il lui fallait maintenant trouver cet homme qui priait. Étrangement, il avait beau se concentrer, il ne ressentait plus la présence de cet être, ou presque plus du moins et il ne percevait plus du tout ces prières. Inquiet, Cael se hâta, tout en cherchant à faire en sorte que sa présence reste secrète aux yeux des habitants de cette île, dont la plupart serait sans doute hostile à sa personne.

L'ange utilisait la nuit comme sa meilleure arme et parvenait à se faufiler et à échapper au regard de ses adversaires. Il trouva bientôt le repaire d'où les humains devaient se trouver. Une odeur de mort emplissait les lieux et les lieux étaient déserts, ce qui n'est jamais bon signe. Les pistes étaient fraîches et loin d'abandonner, il se mit en route vers la côte, pour bientôt apercevoir, depuis la crête d'où il se trouvait, les quais en contrebas et un groupe de créatures bipèdes. Il sentit que plusieurs étaient humains, que quelques uns étaient des monstres aussi. Un cadavre est jeté à l'eau et à ce moment, les yeux de Cael s'illuminèrent brièvement dans le noir. Il s'agissait de celui qui avait prié. Cael était arrivé trop tard, mais il n'était peut-être pas trop tard pour les autres esclaves. L'ange était en train de réfléchir à un plan d'action, tapis dans l'ombre, lorsque soudain, il se rendit compte qu'un des lycans semblaient avoir quelques difficultés. Intrigué, l'ange voyait pour la première fois des damnés s'entretuer, puisqu'il était clair que ce lycan ne se battait pas contre quelque chose d'humain. Le beau brun se concentra surtout sur les esclaves qui en profitèrent pour fuir. La mort de l'un semblait faire la chance des autres. L'ange alla à leur rencontre et ils furent plutôt apeurés en le voyant. Ils étaient complétement hystérique, mais avec son sens de la conciliation, Cael put les calmer, les ramener à la raison et les conduire dans un lieu sûr, pour le moment. Mais la créature qui avait attaqué le lycan continuait d'animer sa curiosité. Plus il en saura sur les damnés, ces ennemis éternels et plus il pourra les combattre efficacement.

Ainsi, après s'être assuré de la sécurité des esclaves, si la sécurité est une chose relative en ce monde damné, presque oublié de la vie. Cael retourne donc à la crête et retrouve cette mer, si calme, au lointain, qui semblait cacher des créatures bien étranges. D'ailleurs, son regard se porte bientôt sur un cadavre sur la côte, celui à la forme du lycan, mais il y avait une autre ombre à côté, qui se gavait de se monstre. Le soleil commençait à se lever et c'était une vision d'horreur que de voir ce monstre se nourrir d'un autre. Cael fut pris d'une certaine pitié pour le sort de ce damné. Allait-il le venger pour autant? Il voulait surtout comprendre a quel autre mal il faisait face. Il avait déjà fait face aux vampires, aux lycans, maintenant, qu'était donc cette créature? Il n'y avait qu'une façon de le savoir: la confronter.

Cael marcha vers l'aube, vers la mer, avec une démarche plutôt sûr de lui. Il ne cherchait plus à se cacher maintenant. Il se méfiait de cette créature, mais il n'avait pas peur, il avait toujours cette assurance céleste. Le monstre ne semblait aucunement le remarquer, alors l'ange se penche, ramasse une roche et lui lance directement dessus, visant la tête, énonçant ces paroles une fois la roche lancée et la cible atteinte.

-Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre.

Un ange était évidemment sans péché, à quelques exceptions près. Pour l'instant, Cael tentait de comprendre et de jauger le monstre qu'il observait. Elle avait l'apparence d'une jolie femme, si on faisait abstraction du sang qu'elle avait sur les mains et autour de la bouche, évidemment.

-Je fais face à une damnée, qui dévore mes ennemis et je me demande... ce que tu es?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 57

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Lun 28 Jan - 19:27


Cael et Bethany
En Eau Trouble

Je viens tout juste de pousser un soupir satisfait et de reprendre contact avec la réalité, sortant doucement de ma frénésie dévorante. Les sirènes peuvent avaler une quantité impressionnante de viande en quelques minutes, sans nécessairement nous alourdir, quoique je me sentais le ventre plutôt rond. Je n'avais pas fait si bon festin depuis des mois. Je me contentais souvent de chair animale, seulement pour avoir au minimum de quoi nourrir mon corps. Mais ma faim, elle, ne se nourrissait que de chair humaine. Les loups-garous étaient ceux dont le goût était le plus proche des humains, mais avec une touche musquée animale propre à leur race. Un pur délice. Évidemment, rien n'était plus satisfaisant que la chair purement humaine, mais à défaut de m'en procurer, le lycanthrope est ma viande préférée. Et celui-là est bien mérité. Déjà je sens les bienfaits de cette chair sur mon organisme. Je me sens mieux, je n'ai plus cette douleurs lancinante au fond de la gorge et au creux du ventre. J'ai bien mangé et je me suis tant nourrie que je pourrai jeuner, ou presque, durant plusieurs semaines.

Du coin de l'oeil, je perçois un mouvement et le temps de me retourner, j'évite de justesse de me prendre un projectile en pleine face. J'ai à peine le temps de me protéger le visage en tournant la tête que je reçois une roche sur le côté de la tête. Un vacarme bref, envahit mon crâne durant une seconde ou deux. Repliée sur moi-même une ou deux secondes, je me déplie et saute sur mes pieds, pour faire face à mon agresseur.

J'arrache la lame d'argent du coeur de ce qui a été mon repas et je marche droit vers mon assaillant que j'entends débiter des trucs à propos des péchés et des pierres. Y a encore des crétins qui estiment qu,ils sont assez hypocrites pour se permettre de lancer des roches ? Je sais que je dois offrir une vision de film d'horreur, à savoir que je dois être maculée de sang, surtout autour de la bouche et sur les mains, sans parler de la goutte que je sens descendre dans mon cou et d'autres ont sans doute déjà fait le chemin. Je me dis que j'aurais du mettre une robe blanche, pour accentuer le contraste avec le sang qui ne doit pas paraître dans le noir mouillée de ma robe. Normalement, elle me descend à mi-cuisse, mais comme je viens de passer un moment à genoux au-dessus du cadavre, elle doit être remontée très haut sur mes cuisses. Et puis, je tiens à la main un poignard d'argent et je sais très bien l'utiliser.

Tout en m'approchant, je respire l'air, question de savoir à qui j'ai affaire. Je dois avouer qu'une seconde, le doute me prend quand je remarque que je ne sens pas grand chose, sauf une présence, indéniablement masculine, mais je suis bien incapable d'en déterminer la race, si ce n'est humaine. Et il continue de parler et... et il m'interroge ? La chair du lycan a exacerber mes sens et mes facultés, je me sens plus forte, plus rapide, même sur terre, mais sa question me fait douter. Je ne suis plus qu'à quelques pas et je fonce droit sur lui. Pas la peine de répondre à ses questions, s'il est trop bête pour en connaître les réponses. Mais où il était ce type, ces dix dernières années ? Sous terre ? Tout le monde sait ce qu'est une sirène de nos jours. Personne n'hésiterais en voyant une femme trempée qui mange un type près de l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Mar 29 Jan - 22:58

En lançant cette roche, Cael savait qu'il attirerait l'attention du monstre, mais aussi, qu'il le provoquerait, d'une certaine façon. Il n'avait aucune considération pour les damnés. Pour lui, seul les humains comptaient, et dans une moindre perspective, les anges. Alors il ne craignait pas la colère de cette sirène.

D'ailleurs, il ignorait que Bethany en était une. Pourtant, il ne s'en rappelle peut-être pas en ce moment, mais les Résistants lui ont bien parlé des sirènes, ces créatures marines qui se nourrissent de chair et qui ont l'apparence de jeunes hommes ou de jeunes femmes. En dehors de cela, il ne savait rien de plus et il n'avait pas encore fait l'association entre ce qu'il venait d'observer et les créatures dont il avait entendu parler.

De toute manière, pas tellement le temps de réfléchir, puisqu'après avoir lancé la roche, la sirène se redresse et visiblement, elle n'avait pas l'intention de répondre à sa question. Au lieu de cela, elle brandissait sa lame et avançait vers lui. Cael eut une sorte de soupir et un air navré. Ces damnés... il n'y a vraiment plus rien qui ne puisse les sauver. L'ange ferme donc brièvement les yeux et fait un rapide "au nom du père", accompagné du signe de la croix. Puis, elle lui fonce dessus lui et Cael ouvre à nouveau ces yeux, bien prêt à subir l'assaut.

-Que Dieu ait pitié.

Il n'a pas le temps d'en dire plus, que la sirène est sur lui. Au départ, il esquive ces coups, très rapides, très vifs, il était évident que cette créature possédait une force et une vitesse surhumaine, mais Cael n'était pas dépourvu de facultés. Étant un ange assez âgé, il était capable de télékinésie, en plus d'apparaître et de réapparaître au même instant un peu plus loin. Il possédait, lui aussi, une force et une vitesse hors du commun et enfin, ultimement, il pouvait déployer sa lame éthérée afin de pourfendre son adversaire. Pour le moment, il décidait de ne pas déployer toute sa force. Il irait graduellement, selon la force de son adversaire.

Cael venait d'esquiver les premières attaques de Bethany, lorsqu'enfin, il saisit une occasion et bloque le bras de la créature avec le sien, le temps d'assener, avec son autre bras, un coup dans le ventre de la bête. Un espace se crée et Cael en profite pour prendre l'offensive.

-J'ai pitié pour toi, car tu ne connaîtras jamais plus la lumière. Laisses moi te renvoyer dans les abysses.

Sur ce, il charge, mais juste avant qu'elle ne lui assène un coup de lame, il se téléporte à courte distance, tout juste derrière elle et tente de lui asséner un puissant coup du coude en plein dans le dos. Ces yeux bleus semblaient briller maintenant. L'ange déployait maintenant un peu plus de sa force. La sirène aurait peut-être intérêt à payer pour son salut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 57

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Mer 30 Jan - 0:46


Cael et Bethany
En Eau Trouble

Je sors tout juste d'une frénésie dévorante et me voilà qui chavire dans une frénésie meurtrière. L'un tout de suite après l'autre peut faire des ravages, puisque la chair fraîche récemment ingurgitée décuple toute mes facultées. Évidemment, ce serait plus spectaculaire dans l'eau, mais je sens la peau sur mon visage se tendre. Je sens toute ma peau se tendre sur mes os, reprenant ma forme originale mais sans perdre tout mes attributs terrestres. Après tout, nous sommes des créatures de cauchemars, ils faut bien que nous méritions cette caractéristiques. J'attaque avec vigueur et force, mais il semble agile, car il esquive toutes mes attaques. Pas mal, il est doué. Mais ce qui me dérange, c'est son odeur. Ou plutôt son absence d'odeur.

Il y a quelque chose de pas très net chez lui. Je sais reconnaître à l'odeur un vampire, un lycan, même les démons, bien qu'ils soit les plus difficile à sentir. Toutes ces odeurs ont quelque chose de spécial, une effluve distinctive. Chez lui, ce qui le caractérise, c'est la totale absence de caractéristique odorante. Il ne sent rien d'autre que ce qui l'entoure. J'encaisse son coup de pieds au ventre avec peut-être un peu moins d'aisance que d’habitude. C'est compréhensible, je viens de manger. J'ai un haut le coeur que je réprime vaillamment, quand je le vois disparaître de devant mes yeux. Je stoppe net mon élan et j'entends le froissement de ses vêtements juste derrière. Je pivote juste à temps, quoique peut-être pas assez pour éviter totalement le coup de coude qu,il m'assène dans le dos, mais comme j'ai pivoté,son coude glisse sur mon omoplate pour terminer sa course dans le vide. J'ai évité d'avoir un os brisé, voir une perte de connaissance, mais j'envisage de sérieux ecchymoses. Je me retrouve face à lui, un instant et je vois l'éclat de ses yeux bleus qui semble luire dans le matin. Je n'ai jamais vu ça et s'il ne venait pas de m'annoncer ma mort, j'aurais volontiers contemple le spectacle un moment. Mais je ne désire pas mourir aujourd'hui. Ce n'est pas comme ça que je dois mourir.

Ma rotation se termine quand j'attrape et que je me hisse derrière lui, sur son dos. Mes bras se referment autour de son cou et mes jambes autour de sa taille. Je tiens toujours ma lame d'argent et je la pointe sur sa gorge. Peut-être que je vais mourir, mais je vais avant lui creuser une seconde trachée. Et là encore, maintenant que je suis si près, son odeur absente me trouble. Je prend une grande inspiration, tout près de son oreille et je me souviens de sa question.

- Je te dirai ce que je suis quand tu me diras ce que tu es, que je gronde à son oreille. Je prend une autre profonde inspiration, essayant de trouver une particularité à son absence d'odeur particulière. Tu ne sens rien. Pourquoi tu ne sens rien ? Je viens de manger, je n'ai pas faim, mais je te tuerai si tu m'y oblige. Je déteste la gaspillage, dis-je en le respirant une troisième fois.

Je prend des risques à ne pas lui ouvrir la gorge maintenant, mais je n'ai pas vu d'arme sur lui. Il n'en a pas usé encore. Il ne peut pas non plus disparaître, puisque je suis accrochée à lui. Quoiqu'il le peut peut-être. J'aimerais bien voir ça. Je sens ma peau se détendre, signe que je reprend mon calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Mer 30 Jan - 19:07

Le combat était engagé, l'ange affrontait le démon, plus précisément, la sirène. Il se battait contre elle, bien qu'il aurait préféré ne pas forcément en arriver là, ou du moins, avoir eu des réponses à ces questions avant. Mais si la damnée préférait l'affronter, alors soit, il n'allait pas reculer et il allait renvoyer cette créature dans l'abysse qui l'a vu naître.

La créature avait visiblement des réflexes encore plus rapides et efficaces que ceux du céleste. Même s'il se téléporte derrière elle, alors que, du moins, il l'imaginait, elle ne devait pas s'attendre à ce qu'il est même la faculté de se téléporter, elle parvient quand même à éviter l'essentiel de son coup de coude et parvient même, par une manœuvre des plus... étonnantes! a se hisser dans son dos et à lui mettre sa lame sous la gorge, tous cela, avant qu'il ait eu le temps de faire ou même de dire quoique ce soit. Peut-être que ce n'était pas la première fois que ce monstre affrontait un ange, c'est ce qu'il en vient à penser, parce que Cael espérait au moins avoir l'effet de surprise, mais il n'en fut rien. Pas d'effet de surprise, incapable d'avoir l'ascendant sur elle et en prime, elle était plus rapide que la plus vive des éclairs et déjà, elle avait les jambes autour de lui, sa lame sous la gorge... Bref, la situation était critique et Cael devra manifestement brûler des étapes.

L'ange restait détendu et serein malgré tout. Il ne connaissait pas la cœur, ni la crainte. Seulement, il connaissait tout de même la fragilité de son enveloppe corporelle et savait aussi qu'il n'avait pas envie que sa mission sur Terre se termine maintenant, alors qu'il avait accompli si peut. Ainsi, il accumulait de la puissance, en silence, il se concentra, tandis que c'était au tour de son ennemi de chercher des réponses. Il était clair qu'ils étaient irréconciliables. Déjà, elle le dégoûtait à un point inimaginable. Il avait seulement hâte de la tuer, ou bien, de lui échapper.

-Je suis ton salut.

Se contente-t-il de répondre comme une prière, sinon une certitude. Puis, en réponse à toute cette suite d'interrogation qu'elle avait, cette fois, il déploie une bonne partie de ces pouvoirs. De tout son corps émana des flammes bleutées, c'était comme si le corps de l'ange prenait feu, sans toutefois endommageait son corps à lui. Un feu qui ne dure qu'un instant, mais qui fait probablement en sorte que la sirène le lâche, à moins qu'elle n'ait une résistance aux flammes, comme un pare-feu, auquel cas, le plan de Cael échoue... Sinon, défait de l'emprise de son ennemie, il se retourne doucement, expirant et inspirant avec un peu plus d'ampleur, comme s'il était fatigué et c'était un peu le cas.

-Je crois que tu saisis mal ce qui se passe. Tu vas mourir, acceptes-le. Tu es une erreur de la Création.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 57

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Mer 30 Jan - 21:35


Cael et Bethany
En Eau Trouble

Mon salut. Il est mon salut. Drôle de créature, mon salut. Je ne vois pas du tout ce qu'il veut dire. À moins qu'il soit un illuminé religieux. Ceux là sont habituellement les premiers à crever les tripes à l'air. Ils ne se téléportent pas. Mais ils tiennent à peu près le même discours. Ils sont habituellement convaincu que Dieu les protégera. Oui, Dieu les protège, amis au Paradis, par ici. Mais certains damnés aussi parlaient de cette manière. Et lui, c'était en définitive pas un humain. Ils ne se téléportent pas. Enfin, à ce que je sache, pas encore. Dans les films, ils le font, mais ce sont des films qui se passent beaucoup plus tard. Dans le futur. Mais je me méfie de ce type. Il est trop calme. Évidemment, une lame appuyée sur la gorge, ça calme, mais quand même, il n'a même pas la respiration saccadée. Il est vraiment louche ce type.

J'en suis là dans mes réflexions quand je sens la chaleur des flammes. Une seconde pour constater qu'elles sont bleutés. Et une bouffée de chaleur sèche me brûle aussitôt les poumons. Pas besoin de rappeler que les sirènes sont des créatures aquatiques et que le feu est très mauvais pour elles. Et comme je suis une sirène, le feu est très mauvais pour moi. Surtout de cette ampleur. Et un feu que je ne connais pas. Bref, oubliant que je pourrais l'égorger, mon seul réflexe est de m'éloigner de ce feu au plus vite. J'aurais voulu le repousser, mais c'est plutôt moi qui m'expulse de son dos. La gorge brulante, je tombe à la renverse dans le sable et, dans un ensemble désordonné mixant l'idée de me relever et de m'éloigner, je n'arrive surtout qu'à reculer, sans vraiment me relever, ni vraiment rester au sol, tout en jetant beaucoup de sable autour.

Je tousse, parce que j'ai toujours cette sensation de brulure dans la gorge. J'ai perdu mon poignard dans l'effort, mais je le vois scintiller aux pieds du type. Celui-ci s'est retourné et avec une impassibilité impressionnante. Il souffle un peu, mais c'est peut-être parce que le feu est chaud. J'en sais rien, moi. Moi je me contente de reculer, toujours plus au sol sur debout, mais je ne le quitte pas des yeux. S'il me fait le coup de la disparition encore une fois, je sens que je vais pleurer. Quoique à entendre ses paroles, je n'aurai peut-être pas le temps de pleurer. Mais qui est ce type ? Il me veut quoi au juste ? Me tuer, oui, j'ai compris, mais pourquoi ? Je ne saisis pas encore de quel côté il est. Il a bien dit que je tuais ses ennemis ? Ça ne devrait pas lui plaire ? Il aime pas les loups garous, mais il aime bien tuer les sirènes ?

- Je sais que je vais mourir. On meurt tous, lui dis-je, la voix rauque par les flammes qui m'ont brulé la gorge. D'ailleurs, je sens la brulure du feu un peu partout sur mon corps. Le salaud. Je peux savoir si tu dois me tuer parce que t'es un fanatique religieux qui tue tout ce qui n'est pas humain, même si de toute évidence tu ne l'es pas non plus. Ou c'est parce que tu n'aime pas mon oeuvre d'élimination des damnés ? Je suis une erreur parce que je suis une sirène, ou parce que je ne suis pas une sirène qui se nourrit normalement ? De quelle erreur parles-tu ? Je suis un prédateur, comme le requin ! Tu tue les requins aussi ?

Je lui crache mes paroles au visage, avec une colère mal contenue. Il me fiche la trouille ce type. Je ne veux pas mourir aujourd'hui. Ni demain d'ailleurs. Quand j'en aurai marre de vivre, là j'accepterai peut-être de mourir, mais ce n'est pas le cas.

- Je te jure que si je dois mourir, tu ne t'en sortiras pas indemne. Je vais te défigurer et enfoncer mes ongles jusqu'à ton coeur. Va te faire foutre avec ta pitié et ton salut. Je n'ai aucune pitié pour ceux que je tue. Et je ne suis pas assez hypocrite pour prétendre que je leur offre un salut. Je suis une damnée, tu l'as dit. Je n'ai pas de salut ! Et je ne sais pas d'où tu sors, mais je suis une sirène ! Y'en a plein Venise et des encore plus damnées et tu viens me faire chier ici en Norvège ! T'as tout Venise pour faire un hécatombe de Sirène et tu te la joue facile avec une sirène isolée ? Et tu ne sais même pas reconnaître une sirène quand tu en vois une ? Tu n'es qu'un sale prétentieux hypocrite doublé d'un ignorant !

Je suis furieuse. Pas tant que je puisse me faire tuer, mais surtout parce qu'il a le culot de prétendre à mon salut. De la pitié ? Je doute qu'il la ressente. Ce qui me met en colère, ce n'est pas de ma faire tuer, c'est un risque que je prend tous les jours, C'est de me faire tuer par un type qui n'a rien comprit de la vie. Un religieux, de toute évidence. Peu importe sa religion, ils sont tous pareil. Mais si je dois mourir aujourd'hui, Il va la sentir passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Mer 30 Jan - 23:11

Cael était convaincu de rendre service en tuant les damnés. D'abord, aux humains, qui ne pourraient vivre en sécurité tant et aussi longtemps qu'il y aura des monstres comme cette sirène dans les parages. Plus que cela, l'ange pensait rendre service aux damnés eux-mêmes. Ces êtres mi-monstre, mi-humain, humain en apparence, mais qui ont une existence monstrueuse et inhumaine. La plupart d'entre eux ont oublié d'ailleurs leur humanité, dans les cas où ils ont déjà été humain. Les anéantir, c'était les libérer de cette existence moribonde, assujetti aux ténèbres et au mal. Oui, Cael les délivrait et cela était le seul salut possible pour ces damnés qui avaient atteint le point de non-retour, car l'ange avait rencontré un cas, une lycan, qui lui avait montré que certains de ces damnés avaient encore leur humanité et que leur âme pouvait peut-être, et il pense bien, peut-être être sauvé sans que la mort ne soit nécessaire. Mais c'était un cas d'exception, sans aucun doute.

Cael avait dû déployer un peu plus de force qu'il ne pensait devoir le faire à l'origine, mais au moins, ces flammes l'avaient délivré de l'emprise que cette créature avait sur lui. Il se retourne et suggère, en quelque sorte, à Bethany de faire ses prières. Visiblement, la créature ne voulait pas mourir, c'était même tout le contraire, elle voulait vivre et d'ailleurs, elle le criait pratiquement. Cette hystérie l'énervait, l'ange préférait le calme, la patience. Lui-même était un être calme et patient. À quelques reprises, Cael haussait des sourcils, sceptique vis à vis certains commentaires, mais surtout, il ne la laissait pas le déconcentrer sur le combat et continuait de marcher doucement vers elle. Quand il voit le regard de la belle se porter vers sa lame, il voit l'objet qu'elle convoite et grâce à sa télékinésie, il fait virevolter la lame derrière lui, d'un simple geste de la main. Voilà, elle était hors de portée de la créature.

Silencieux, il la laissait parler. Elle avait bien le droit à des dernières paroles après tout, mais il sentait qu'elle cherchait surtout à gagner du temps. Au moins, il finit par apprendre ce qu'elle était. Une sirène! Il avait donc une vraie sirène devant lui et apparemment, on en trouvait davantage à Venise. C'était donc vrai, ces créatures existent vraiment. Fascinant! Oui, les damnés le fascinait, d'une certaine manière, mais c'était avant tout une fascination dont il se servait pour mieux les combattre et les estimer. Une phrase retint tout de même son attention. Cette affirmation qu'elle tuait des lycans, chose qu'elle avait dite un peu plus tôt.

-Hm... Fascinant. Je ne pensais pas que les damnés connaissaient la peur. Ni qu'ils voulaient vivre. Je croyais qu'ils n'avaient que de l'instinct. J'ai encore tant de choses à apprendre.

Il plie les genoux et s'accroupit un brin, mais il était à quelques pas de la sirène et sur ses gardes. Ce n'est pas parce qu'il était prêt à dialoguer qu'il baissait sa garde, au contraire. Seulement, la créature était désarmée, elle était donc forcément moins dangereuse et maintenant qu'il savait ce qu'elle était, il se doutait que la mer devait être son échappatoire.

-Pourquoi te nourris-tu de damnés?

Incroyable, mais vrai, l'ange parlait maintenant avec la créature qu'il essayait de tuer il y a à peine quelques secondes à peine et qui même, n'était pas si loin de le tuer. Si elle n'avait pas eu ce moment d'arrêt, Cael n'aurait sûrement pas pu s'enflammer. L'ange pouvait donc montrer une certaine patience avant de l'éliminer et autant en retirer le plus d'informations possibles et de juger ensuite s'il serait bon de la tuer ou bien de la laisser errer, en espérant qu'il ne croise plus leur route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 57

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Jeu 31 Jan - 8:39


Cael et Bethany
En Eau Trouble

Ce type, ou ce... ce truc, me rend perplexe. Il tue des damnés, mais il ne sait pas ce qu,il tue. Et manifestement, il ne fait aucune recherche, il tue tous ceux qu'il croise. Je me demande bien quels damnés n'a jamais eu peur. Ni même quel damnés ne veulent pas vivre. Enfin, peut-être les vampires, ils veulent non-vivre, plutôt que vivre, mais c'est un concept plutôt complexe. Pour faciliter les choses, disons qu'ils veulent vivre autant que tout ce qui vit, quoi. Ce genre de type là fait peur. Très peur. Ils sont du genre à entendre dire que ça, c'est mauvais, alors ils veulent enrayer le mauvais. Mais la plupart du temps, ils ne savent pas ce qui est mauvais, ni ce qui est bon, d'ailleurs. Ils ne font qu'appliquer ce qu'on leur a dit. Elle va se faire tuer par ce genre de type. et en plus, il lui pose des questions.

- Nous sommes vivant. Et à ce que je sache, l'instinct, même animal, pousse à vouloir vivre et à avoir peur de ce qui pourrait nous empêcher.

Je le dévisage, ma colère un moment estompée. Je le dévisage en me demandant bien d'où il sort vraiment ce type. Je le dévisage comme on dévisage un gamin qui nous demande d'où viennent les bébés. Je fais alors un constant qui j'espère va le déstabilisé comme il me déstabilise.

- Tu va me tuer parce que tu ne sais pas ce que je suis. Tu ignores des tas de choses et tu te donne le droit de vie ou de mort sur les gens ?

J'ai tant reculé qu'une vague vient lécher ma main, mais la haute mer est loin encore et je ne suis pas certaine d'atteindre le large avant qu,il ne me tue. Ça me révolte de savoir que je vais mourir de la main d'un type si ignorant, mais s'il le faut, j'espère que ce sera vite fait. Il me pose encore une question. J'entrevois une lueur d'espoir à ma survie. Peut-être que s'il en sait plus, il va changer d'idée. Et puis, je n'ai pas le choix. Je quitte ma posture de défense et je m'assois dans le sable. Le soleil brille déjà, mais il n'est pas encore très haut. Je mouille ma main et j'en lave le sang du lycan. L'eau fait du bien à mes brulures.

- Pourquoi je ne boufferais pas du lycan ? C'est de la chair, non ? Je bouffe aussi du vampire et du démon quand j'en choppe un, si c'est ce que tu veux savoir. Je suis un prédateur. Le lion ne mange pas que de la gazelle. Il mange aussi du zèbre, de l'antilope et de l'éléphanteau s'il en choppe un. Tu comptes éradiquer tous les prédateurs de la planète ou seulement les prédateurs d'origine humaine ? Je fronce les sourcils, tout en me nettoyant le visage à l'eau. Je me demande bien ce que tu peux savoir des erreurs si tu ne connais pas grand chose, au final. Où est-ce que tu te planquais il y a 10 ans quand les damnés ont décidé de bouffer tous ces gens ? C'était là qu,il fallait les tuer pour les erreurs, non ? Tu veux rattraper le temps perdu en les tuant tous ? Tu te trompe de cible. Ceux à abattre sont ceux des grandes villes. Ceux à la tête des grandes villes. Pas les damés isolés.

Je me nettoie tranquillement, mais je l'observe ouvertement. Pas question qu'il me tue sans que je lui arrache un oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Mer 6 Fév - 9:51

Cette sirène avait beau être un monstre abominable, elle était tout de même douée de raison et semblait ressentir jusqu'à la peur. Une manière pour le malin, qui a conçu ces êtres, de faire en sorte qu'ils soient juste assez humain pour laisser croire qu'Ils méritent peut-être la miséricorde qu'un être béni peut leur offrir. Cael n'en était pas moins hésitant, mais comme il le pensait déjà, pour l'heure, la priorité était d'éliminé les damnés qui s'en prennent aux Humains. Si celle-ci suit un autre régime... alimentaire, pour ainsi dire, alors peut-être devrait-il lui laisser la vie sauve, mais néanmoins, elle restait tout de même une abomination qui devra être éradiqué de la Terre.

En tout cas, cette créature avait du caractère, il était à même de le voir. Du genre à insulter les autres jusqu'à son dernier souffle. C'est probablement la peur qui la rend si irrespectueuse et cela n'agaçait pas tellement Cael de toute manière, on pouvait plutôt parler d'indifférence. Il avait effectivement droit de vie et de mort sur les êtres infernaux venus envahir la terre des Hommes pour la profaner et affaiblir ainsi la volonté de Dieu. Aux questions qu'elle lui posait, l'ange, qui sentait surtout que la damnée cherchait à gagner du temps, se permit une mise en garde, toute calme.

-Recules encore et je t'envoie ad patres. Toi seule décidera de si tu vis ou si tu meurs.

Il était tout de même amusant de constater comment, sur le même ton, il pouvait formuler une menace, puis, de la même façon, laisser entrevoir un soupçon d'espoir que cette rencontre ne soit pas fatale à Bethany. Cael ne tuait pas, il est simplement un agent de la volonté de Dieu et Dieu veut que les damnés quittent cette Terre et il n'y a pas dix mille manières de faire disparaître la vermine. D'une certaine façon, on ne peut pas tuer ce qui n'a jamais mérité de vivre. La vie de Bethany s'est terminée avec son humanité, peut-être même n'a-t-elle jamais eu lieu. Cael connait encore si peu de choses sur les damnés. D'ailleurs, chaque jour, il en découvre un peu plus et cette sirène, qui se lance dans de long monologue, lui en apprend un peu plus encore.

-J'éradique ceux qui méritent de l'être. Ceux qui n'ont pas leur place sur cette Terre, mais plutôt en Enfer, avec les siens.

Voilà une première réponse qui avait le mérite d'être clair et d'ailleurs, l'ange se relève. Le deuxième segment du chant du cygne de la sirène l'attriste un peu plus. C'est vrai, le Ciel a bien abandonné la Terre à son sort, pendant un certain temps du moins. Aujourd'hui, ils sont là, lui entre autre, pour redonner espoir à l'Humanité et tout faire pour qu'elle est une chance de vaincre la pire menace auquel elle ait eu à faire face. Cael croise des bras, un brin sceptique par cette mention comme quoi il fallait tuer les Damnés à la tête des grandes villes, les patrons en somme, plutôt que ceux isolés, comme elle finalement. Un terrain d'entente est peut-être possible.

-Et tu en connais de ces damnés? Ceux à la tête des grandes villes?


L'ange s'était toujours douté que les damnés avaient des chefs en quelque sorte, que forcément, une anarchie complète et totale n'était pas possible. Éliminer un damné d'influence porterait un coup à ceux-ci, plus que de tuer une sirène sur la plage de Myrland. Cael était cependant ici pour aider les humains et non tout faire le travail à leur place, mais néanmoins, marchander la vie de cette damnée contre celle d'un monstre encore plus terrible lui semblait relativement juste. Il faudra être prudent cependant, surtout à ne pas tomber dans un piège, car il a devant lui une créature aussi rusée que le Diable en personne et assez vicieuse pour s'en prendre à d'autres créatures qui lui offrent un défi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 57

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Mer 6 Fév - 23:22


Cael et Bethany
En Eau Trouble

La menace est explicite et si je continue de me nettoyer, comme si je ne l'avais pas entendu, j'évite d'esquisser le moindre mouvement vers l'eau profonde. Je retire le sang de mon visage et sur mes mains. Le sang à la mauvaise habitude d'être difficile à faire partir. Même à grande eau. Heureusement que ma robe est noire. Il fait froid, je le sens, mais je suis une sirène du nord. Le froid, ça me connait. Je peux aller nager sans problèmes sous les iceberg. Mais je dois avouer que le froid est mordant sur ma peau presque nue. Mais quand même, je ne tente pas le diable à vouloir faire fi de ses menaces. Je risque ma vie tous les jours à rester à la surface, amis ce sont des risques calculés. Avec ce qu'il vient de me faire, je préfère ne pas prendre le risque de le courroucer.

- Eh bien je décide de vivre, dis-je sur le ton de l'affirmation. Il y a un instant de silence et j'hoche la tête Je suppose qu'il y a des conditions pour que je puisse avoir le libre arbitre ? Du coup, c'est pas vraiment moi qui décide si je vis ou je meurs. C'est encore toi. Ma seule décision, en fait, c'est de ne rien faire pour que tu me tue tout de suite.

Je semble accepter l'idée, mais c'est faux. Je fais avec, c'est tout. Même si j'ai l'air docile, comme ça, s'il essaie de me tuer, je lui bouffe la langue. Enfin, je vais essayer. Quand même, j'ai peut-être une chance, puisqu'il semble quand même ouvert au dialogue. Ce qui est d'autant plus terrifiant. S'il peut se permettre de bavarder, c'est qu,il est sur de lui. Une force, mais parfois une faiblesse. Dans son cas, je n'en sais trop rien. Je ne sais pas ce qu'il est. Peut-être que si je savais, je serais mois prudente. Mais là, je patauge dans le noir. Je reste donc assise dans le sable, mais je prend la peine de m'y installer confortablement. Je jette un coup d'oeil au ciel. Il fera beau aujourd'hui. Et je suis rassasiée. Si je survis à la matinée, j'irai voir mes parents et ma fratrie.

- Alors selon toi, je ne mérite pas de vivre. Alors pourquoi j'ai eu la vie ? Et puis j'ai jamais compris pourquoi je ne mérite pas de vivre sous prétexte que je suis une sirène. À quoi ça sert de nous permettre de vivre si on ne le mérite pas ?

C'était bien là un es grands mystères des damnés. Enfin, des damnés qui ont eu le malheur de ne pas être humain à un moment de leur vie. Il veut me tuer, j'ai bien le droit de savoir pourquoi, non ? Et puis, il n'est pas humain, lui non plus. De quel droit se permet-il de parler ainsi de mérite et tout. Ses réponses et ses questions me laissent perplexe. On dirait un type qui connait les règles du scrabble par coeur, mais qui ne connait pas la langue avec laquelle les joueurs ont décidé de jouer. Ce qui m'ennuie, c'est que je ne sais pas comment m'en débarrasser. Je veux pas mourir, mais il a la capacité et visiblement l'intention de me tuer. Ça me dégoute. Il m'interroge sur les damnés dirigeant des grandes villes. Bon sang, il se sert de moi comme indic. Je répond tout de même, parce que je ne veux pas mourir. Et puis je veux en savoir d'avantages sur lui.

- Bah, à vrai dire, j'en connais pas beaucoup personnellement. En fait aucune qui vit à Venise ne m'est proche. Je suis une sirène dur Nord, elles sont surtout méditéranénne celles de Venise. Je connais les noms, bien sûr, puisque ce sont des sirènes, mais de toute manière, les sirènes sont surtout opportunistes. Tu comprends, attendre un navire plein de marins en manque de sexe ? Un opportunité facile, non ?

Je le dévisage un moment, cherchant à voir si parler de sexe l'émeut. Ne sachant pas trop le genre de réaction que peut avoir une créature qui n'a pas d'odeur propre, je retourne à ma contemplation de grains de sables, l'air détachée.

- Mais bon, moi je te dirais de ne pas trop t'occuper de Venise. Elle va couler dans quelques décennies de toute manière. Ce qui est plus inquiétant, ce sont les démons et les vampires. Les vampires se reproduisent à une vitesse incroyable. Les démons, eux, ils sont carrément méprisant et considèrent les humains comme du bétail qu'ils peuvent tuer et se servir à loisir. Très humain comme pensées non ? Le bétail. Y a que les humains qui ont du bétail. Et les fourmis qui ont des pucerons comme bétail...

Je me rend compte que je m'emballe à me questionner sur la vie et son sens. Je me tais et lève les yeux sur mon assassin potentiel. Je jette un coup d'oeil à la ronde. Il fait maintenant clairement matin et bientôt, les lycans vont venir voir où est leur copain que je suis présentement en train de digérer. Je ne tiens pas précisément à être là quand ils vont se pointer. Pas plus que j'ai envie de geler sur place.

- Dites, j'ai mes vêtements par-là... je peux m'habiller ou vous préférez me laisser crever de froid ?

Oui, parce qu'en même temps, je supporte très bien l'eau froide, mais le vent froid, c'est moins certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Mer 13 Fév - 22:23

Cael ne s'attendait pas à se retrouver au centre d'un débat presque philosophique contre cette créature maléfique, cette damnée sirène, mais l'ange était toujours relativement ouvert à un certain dialogue. Du moins, c'était plus fort que lui, il aimait répondre la morale, ou plus objectivement, sa morale et celle de son Dieu. Cette sirène ne voulait pas mourir. La survie était sa motivation première. Elle ne semblait pas très regardante sur le reste. Bien sûr, elle venait de tuer un lycan, une créature qui méritait sans doute son sort, mais combien d'êtres humains a-t-elle tué avec la même efficacité? Pour elle, c'était peut-être plus par notion d'abondance que par réel pitié pour le genre humain qu'elle dévorait des damnés plutôt que des humains. C'était à défaut d'en trouver en somme. Difficile d'avoir pitié de cette créature en ces cas-là. Lorsque Cael décidera que la discussion est terminée, elle le saura.

En attendant, il était prêt à l'écouter. D'abord, pour en savoir plus sur elle, sur les créatures dans son genre, mais aussi, par soucis d'un certain sens de la justice. Comme le condamné à mort à droit à ses dernières paroles, la sirène pouvait bien exprimer ces dernières idées, ces dernières pensées, à haute voix et protester même, pour peu que cela lui paraisse utile. Malheureusement pour elle, on ne peut repousser l'heure du jugement quand il a sonné pour soi.

Usant d'arguments, elle se disait contre l'idée de mourir et tentait de le convaincre qu'elle n'avait pas son libre arbitre. C'est clair, c'est lui qui a l'épée de Damoclès, c'est lui qui va décider du sort final qu'elle mérite, mais il la laissait quand même s'exprimer. Si elle formulait le souhait de ne rien faire et de mourir, Cael était alors prêt à la délivrer du fardeau de son existence.

-Si c'est ce que tu souhaites, je le ferai.

Alors il était recommandé de ne pas lui suggérer deux fois. Cael restait inébranlable, dépourvu de tout sentiment. Il avait de l'empathie, de la compassion, même pour une créature pareille, mais elle avait des limites vis-à-vis des damnés. Il n'était pas sur cette Terre pour sauver leurs âmes déjà égarées. Quand plusieurs blessés arrivent en même temps à un hôpital, on traite en priorité ceux qu'on peut encore sauver. Bethany de son côté posait question sur question. L'ange soupire.

-Ce qui a décidé de ton existence m'échappe tout autant qu'à toi.

Ce n'est pas lui et certainement pas Dieu qui a décidé que les damnés avaient droit à l'existence. Si les voies de Dieu sont impénétrables, celles du malin sont vicieuses de mystère. Ces créatures avaient un dessein maléfiques, à prime abord. Sinon, pourquoi d'autres anges un peu partout, comme lui, combattraient-ils ces créatures, ennemies des hommes, les enfants de Dieu sur la Terre? Pour lui, l'équation était simple. Il fallait éliminer les engeances du démon.

Sauf que cette engeance pouvait encore lui être utile. Il apprit que Venise était le principal repaire des sirènes, à la connaissance de celle-ci du moins. Il y eut cette question de sexe et là, les yeux de Cael se fronce. Il n'était pas certain de comprendre, enfin si, il comprend qu'elle leur tend des pièges, à eux qui subissent déjà la tentation. Il n'était simplement pas familier avec le terme "sexe". Pensif, il perd le fil de cette histoire de bétail, qui de toute façon, était franchement ennuyeuse et sans intérêt. Il ne fallait pas exagérer dans la comparaison quand même. Plutôt exaspéré de l'entendre déblatérer, il reporte son regard sur cette créature qui n'en finissait plus de parler.

-Peux-tu jurer de ne jamais t'en prendre à un humain? Fais-le et je te laisserai vivre.

Voyez, elle avait le choix finalement. Bethany aurait cependant tout intérêt à ne pas faire cette promesse à la légère. Les pouvoirs des anges peuvent avoir une étendue qu'elle ne soupçonne pas. Cael aussi se doute bien que toute cette mise en scène va finir par attirer des curieux, mais comme la sirène le sait toujours, il possède cette faculté de se téléporter d'un endroit à un autre. Sur de longues distances, mais aussi, sur de beaucoup plus vastes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 57

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Mar 19 Fév - 17:56


Cael et Bethany
En Eau Trouble

- Non, non, bien sur que non...

Ce n'était certainement pas mon souhait. Je ne cesse de lui répéter le contraire. Il commence à jouer avec mes nerfs et ça m'agace. Je n'ai pas l'habitude de me retrouver prise au dépourvue. Je n'ai pas non plus l'habitude de me retrouver aussi démunie face à quelqu'un. Habituellement, je peux toujours me défendre à main nue, mais visiblement, ce type n'est pas commun. Et peut-être est-ce l'instinct de survie ou parce que je ne sais pas ce que c'est, mais il me fait peur. Il me fait peur et il n'est pas humain. Mais je ne sais pas ce qu'il est. Il soupire et je fronce les sourcils. Pourquoi il dit ça comme ça. Bon sang, il y a tellement de choses qu'il ne comprend pas.

- Si ça se trouve, nous avons la même origine. Je ne sais pas ce que tu es, mais tu n'es pas humain, pas plus que moi, je le sens.

Non, il n'est pas humain. Les humains ne se téléportent pas. Les humains ne font pas du feu bleu non plus. Il n'est pas humain et je ne sais pas ce qu,il est. si je savais, je pourrais peut-être trouver une astuce, mais sans savoir, je ne peux que tenter de plaider ma cause. Et jusqu'à maintenant, je sens mes efforts vains. J'ai l'habitude de me défendre, pas de plaider ma cause. Je suis agressive, pas politique. Je vois bien qu,il réfléchit et qu'il semble peser le pour et le contre, mais je crois deviner que dans sa tête, c'est noir ou blanc. Je suis une sirène, je dois mourir. Cette idée ne me plait pas du tout. Et me tuer, s'il veut protéger les humains, c'est un peu se tirer dans le pied.

Il pose une condition à ma survie. Je le dévisage, cherchant la blague, mais je ne la trouve pas. Que l'Océan m'emporte, il est sérieux. Me priver de chair humaine c'est me tuer à longue échéance. J'ai besoin de me nourrir de chair humaine. C'est un peu comme priver un lion de se nourrir de gazelle. C'est possible, mais il faudra l'enfermer dans une cage pour l'en empêcher. Je peux me nourrir durant une longue période de damnés, mais je devrais nécessairement me repaitre de chair humaine à un moment ou à un autre. Je me dis un instant que je pourrais le lui promettre et me tirer ensuite. C'est sans doute ce qui serait le plus sensé de faire, mais je le fixe déjà avec hésitation depuis trop longtemps. Cette fois, c'est moi qui soupire.

- Non, bien sûre que non. Je ne peux pas jurer de ne jamais m'en prendre à un humain, parce que dans ce cas là, un jour ou l'autre, l'un d'eux m'attaquera, parce que je suis une sirène et je te l'ai déjà dit, je ne vais pas me laisser tuer sans défendre chèrement mes écailles, dis-je d'un ton agressif. Mais je peux te jurer que jamais je ne massacre des humains. Je ne tue d'ailleurs aucun humain inutilement. Ceux que je tue sont uniquement pour me nourrir et habituellement, je les choisis soigneusement. Et me défendre, bien que je préfère les mettre k.o. plutôt que de les tuer si c'est pour me défendre.

Je ne sais pas si ma promesse sera acceptable, mais je n'ai pas vraiment le choix. Ma vie est entre ses mains et je me souviens qu,il est hors de question de mourir en ne faisant pas face. Tranquillement, sans gestes brusque et sans le quitter des yeux, je me relève. J'époussette le sable qui colle sur ma robe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


✘ Messages : 65
✘ Âge réelle : 34
✘ Localisation : Angleterre

MessageSujet: Re: En Eau Trouble   Jeu 28 Fév - 10:36

Bethany faisait un peu moins la brave quand il lui suggérait de mettre fin à sa vie dès maintenant. Elle s'empressait de dire non, toujours dirigé par cet instinct de survie qui semble avoir pris le pas sur son humanité. Une créature dont il ferait mieux de débarrasser le monde, mais l'ange éprouvait aussi une certaine pitié pour cette créature et de manière plus pragmatique, avant de l'abattre, il voulait l'évaluer, en apprendre un peu plus sur ceux de son espèce, ce qu'il fit, mais si pour cela, sa patience fut parfois mise à l'épreuve, mais comme on dit, il n'y ait rien qui vaut la peine qui soit dénué d'épreuve.

Malheureusement pour la sirène, elle n'avait qu'à demi-raison lorsqu'elle disait qu'il devait être comme elle, un damné. Certainement pas! Il en était tout l'opposé en fait. Bien sûr, il ne pouvait révéler sa véritable nature, bien qu'il ne comptait pas cacher à ce moment-ci qu'il n'était pas humain non plus. Il préférait laisser les damnés dans l'inconnu, d'autant qu'on craint davantage ce qu'on ne connait pas et inspirer la crainte chez ces créatures, trop habituées de trôner doucement au sommet de la pyramide alimentaire, c'était une bonne chose selon lui. Fixant son regard sur elle, il lui répondit donc.

-J'ai bien peur que tu aies tord. Je ne suis pas humain, c'est vrai, mais je n'ai rien à voir avec toi. Nous sommes différents, en tout.

Peut-être que les damnés et les anges ont une essence commune en quelque part, mais si c'est le cas, Cael l'ignore et il n'a jamais mené de recherche à ce sujet, bien qu'il serait curieux de le savoir cependant. D'une certaine façon, ce qui les lie, c'est l'Humanité. Sauf que les anges n'ont rien d'humain à priori, sinon, qu'Ils prennent leur forme afin d'avoir une enveloppe corporelle utile sur cette Terre et efficace aussi. Autrement, leurs esprits auraient pu se manifester sous une autre forme, matérielle ou non. Tandis que les damnés sont dans certains cas des humains corrompus, ou des humains déviants, des âmes maudites qui, depuis l'enfer, se sont transformés pour revenir hanter la Terre, d'où leur nom de damnés. C'est du moins l'interprétation céleste qu'il en faisait.

D'humeur clémente, parce qu'elle avait tué un lycan, ce qui avait conduit à la libération d'une poignée d'humains, il était prêt à laisser une chance à cette sirène de survivre. Après de longues excuses, il saisit que bien qu'elle ait été honnête, qu'elle ne pouvait lui promettre de ne pas faire de mal à un être humain, que c'était une question de survie pour elle, pour ainsi dire. L'ange prit alors un air navré. Oui, ainsi va le monde. Les damnés sont une menace pour les humains et on ne peut les concilier.

-Tu as été honnête... Hélas, cela ne suffit pas, mais je te rassure. Je serai bref, si tu acceptes ton sort.

À ces mots, il tend son bras une forme de lame bleutée se met à entourer celui-ci, d'une sorte de tourbillon au niveau de son épaule, celui-ci allait en descendant jusqu'à faire une extension de son bras et avoir la forme d'une lame, éthérée, pour ainsi dire. Cael comptait maintenant porter le coup de grâce à cette sirène. L'ange avançait maintenant sur ce qu'on pourrait qualifier être de sa proie. Qu'est-ce que cela fait au juste, d'être celle qui est traquée? C'est peut-être une bonne chose que les rôles soient inversés pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: En Eau Trouble   

Revenir en haut Aller en bas
 

En Eau Trouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TROUBLE AU KATANGA, UNE RÉBELLION COMMANDÉE PAR UNE FEMME
» Trouble du sommeil... à 18 mois ?
» trouble d'opposition
» [TF] Trouble Fait: explications sur l'univer des médias
» 1. Le trouble de la personnalité limite, aussi appelé trouble borderline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Legend of the Damned :: Norvège :: Les îles Lofoten :: ✘ Plage de Myrland
-